A Notre Dame des Ados

A Notre Dame des Ados
Auteur : Jean-Eudes Sampré
Marie, Toi qui fût mère,
As-tu aussi connu ces matins amers,
Où ton enfant rejette,
Ta main ouverte ?

Ces sombres matins de dégoûts,
Enveloppés de l’opacité du désespoir,
Où tout semble sans goûts.
De ces matins lourds comme un soir.

Marie, Toi la plus douce des mères,
Jamais tu ne désespères.
Ce matin, redonne-moi,
Une larme de cette foi.

Que je puisse l’accueillir,
En prendre soin et l’encourager,
Pour une fois encore, lui dire :
Là, attention danger.

Puis, le laisser aller,
Là où il a décidé,
De forcer le destin,
De son chemin.

Attendre sans angoisse le jour,
Où parfois blessé, abîmé,
Enfin il acceptera l’amour,
Que tu lui as toujours donné.

Dans la quête de lui-même,
Place sur son chemin, afin qu’il aime,
Ces assoiffés d’amour pour partager leur tristesse.
Ils lui feront alors découvrir sa vraie richesse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.