L’Evangile au présent; jean 6,51-58

L’ÉVANGILE AU PRÉSENT             JEAN 6,51‑58

 

‘Je mène une vie de fou! », dit un homme d’une quarantaine d’années. Toujours en mouvement, il a la sensation de « vivre à cent à l’heure! » Et cependant, il ressent comme une insatisfaction avec sa vie pleine à craquer d’activités et un sentiment de vide quelque part, comme si une partie de lui‑même était en triche…

 

Des voies sans issues

Les états d’âme de cet homme débordé ne sont pas d’une grande originalité.! Il y a deux mille ans, Paul exhortait les Ephésiens à ne pas « vivre comme des fous! » Ces premiers chrétiens avaient apparemment les mêmes difficultés que nous dans leur ville et leur époque pleines d’opportunités de toutes sortes.

« Ne soyez donc pas irréfléchis! », leur disait l’apôtre, les prévenant aussi contre « l’abus de boisson », qui, comme chacun sait, ne favorise ni l’acuité métaphysique, ni les comportements mesurés. Avec une pointe d’humour, l’Apôtre leur conseillait de « se remplir d’Esprit Saint »: à consommer sans modération!

Notre époque a ses folies: la violence qui gangrène nos sociétés, l’argent roi, l’ivresse du pouvoir et du paraître, la vitesse, cette folie ordinaire qui tue sur nos routes, les prétentions d’une science sans foi ni loi…

« Nous marchons sur la tête! », entendons‑nous parfois…

 

Un chemin de sagesse

Il existe une sorte de malentendu concernant la sagesse: elle risque d’apparaître comme une qualité passive et franchement ennuyeuse. Et serait‑elle seulement l’apanage des personnes âgées que le temps a calmées? La sagesse, en réalité, est une manière de vivre à plein, à tout âge, avec intelligence et bonheur; elle n’exclut pas l’audace et l’initiative.

La Bible, dans le livre des Proverbes, s’est plu à mettre en scène la Sagesse de Dieu, active et conviviale, invitant les hommes à son bonheur. Elle est intelligence et amour. Dieu nous en a fait part: « Tu formas l’homme par ta sagesse… pour qu’il gouverne le monde avec justice » (Sg9, 1…3).

Jésus‑Christ est la Sagesse de Dieu en personne. Pourtant, en se donnant comme « Pain vivant », Jésus s’est exposé à l’incompréhension et au rejet de ses auditeurs. « Comment cet homme‑là peut‑il donner sa chair à manger? » La « folie » de ce Don inouï est en effet un défi pour la raison humaine, et un sommet difficile à atteindre dans la foi. Pour les Juifs de cette époque et pour nous. Mais, « ce qui est folie de Dieu est plus sage que la sagesse des hommes » (1 CO 1, 25).

Dans l’Eucharistie, nous sommes invités au banquet de la Sagesse de Dieu.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s