Se laisser toucher

 Jésus touche le corps souffrant de l’homme sourd et muet. Il ne se contente pas de l’effleurer, de lui imposer les mains, comme le lui recom­mandent ses compagnons. Non. Le prophète itinérant s’implique dans la relation. Il choisit un mode de guérison apte à établir une communication authentique: la communion des corps. Jésus met ses doigts dans les oreilles malades, il touche la langue de celui qui ne sait pas parler et enduit celle-­ci de sa propre salive. Tout cela avec pudeur, dans l’intimité, loin de la foule. Toucher, c’est aussi se laisser toucher, consentir au silence souvent, afin de ne pas troubler une relation ou tout simplement la rendre possible. Tou­cher, c’est se faire compagnon d’hu­manité: accepter l’autre tel qu’il est, s’accepter soi‑même tel que l’on est et reconnaître dans ce contact que l’homme passe l’homme.

Chercher à imiter Jésus dans son minis­tère de guérison paraîtra sans doute bien prétentieux. Il semble en effet que ce charisme soit réservé à quelques per­sonnes seulement. Mais cette restric­tion ne provient‑elle pas du fait que nous assimilons trop volontiers le don de guérison à quelque chose de prodi­gieux, de magique?

Il existe des guérisons discrètes et silen­cieuses. Elles sont le fruit de gestes simples: ouvrir ses bras aux pleurs d’un enfant, prendre la main d’un malade, caresser le visage d’un mourant… Ces gestes se passent de paroles. Ils invi­tent à la relation. Ouvre‑toi, tu es aimé, tu es aimé de Dieu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s