Ton corps est pétri à la lumière des étoiles par Robert Riber

To

Il y a des jours, où le corps n’en peut plus, de soupirer, de craquer, de gémir. Des jours où, on ne peut plus se porter, se supporter. Ce jour-là, il te dit debout

Allons, tu es pétri de la même pâte que les étoiles. Ton corps porte déjà en germe la graine d’éternité que j’ai semé un jour. Allons, courage, debout, vous qui vous croyez inutiles. Vous êtes au-delà de la souffrance, le signe d’un devenir toujours à inventer, grâce aux conquêtes de l’homme. Aidé par le désir de Dieu, vous êtes quelqu’un.

Pas quelque chose que l’on manipule, mais plutôt quelqu’un qui n’en finit pas de grandir. Qui es-tu, mon frère, au-delà de tes souffrances ? Quelqu’un de tellement particulier, que pour moi, ton Dieu, tu es unique, tu es saint…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s