Le bonheur exige du loisir

Le bonheur exige du loisir : est-il encore accordé au rythme de nos vies ?

Pour être heureux, il faut d’abord être : c’est-à-dire prendre conscience de son existence, approfondir les instants. On nous oblige à aller vite : le bonheur n’a pas le temps de pénétrer ; il reste à la surface, il n’imprègne pas ; il a besoin de zones de stagnation pour se condenser doucement. Savoir s’asseoir sur le pas de sa porte et savourer sans hâte…

Le bonheur n’est pas dans les choses : il arrive au contraire qu’il y étouffe.

Jean Onimus, Interrogations autour de l’essentiel, Ed. Desclée de Brouwer

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.