Semaine unité des chrétiens

Pour cette Semaine de l’Unité , la liturgie met en valeur l’abondance de la joie offerte à tous ceux – l’humanité entière – qui acceptent de faire « Alliance » avec Dieu»

Allons-nous faire confiance à Isaïe lorsque, en tant que prophète, il dit au peuple de Dieu: « Viendra le jour où on te nommera Ma Préférée, car le Seigneur met en toi sa préférence»?  La préférence dont il s’agi n’est pas un caprice de Dieu qui choisirait celui-ci et exclurait celui-là… Nous sommes préférés parce que chargés de mission, d’une mission exigeante et risquée : faire connaître à tous la grandeur et la bonté de Dieu.

Cette mission, qui est un don, nous l’accomplissons de diverses manières. L’apôtre Paul nous affirme que c’est l’Esprit Saint qui agit en nous, plus précisément en chacun de nous, selon nos possibilités et nos choix : les uns sont davantage priant, d’autres davantage agissant ; les uns sont plus traditionnels, les autres plus innovants ; les uns sont inconditionnels, les autres volontiers critiques… « Mais, écrit saint Paul, celui qui agit en tout cela, c’est le même et unique Esprit ». S’accepter différents, se reconnaître complémentaires, ne pas vouloir convertir l’autre à soi… telles sont les exigences de l’unité voulue dans l’Eglise.

L’évangile de ce jour nous présente, selon saint Jean, le début de la mission publique de Jésus, et également, le rôle privilégié de Marie. L’évènement se passe au cours d’un repas de noces. N’est-ce pas nous dire que l’amour partagé est déjà présence de Dieu en nous et dans le monde ? N’est-ce pas nous dire que le but de toute l’humanité est de prendre part un jour au festin nuptial éternel (les « noces de l’Agneau », dit la Bible) ?

La mission de Marie est cette attention perspicace et discrète qui lui fait dire à Jésus : ils n’ont plus de vin », c’est-à-dire aussi bien : « ils n’ont plus de joie », car c’est le vin de la joie qui manque. Est-ce parce qu’elle est maternelle qu’elle pressent « l’heure » de Jésus, cette heure où il va se révéler comme Messie ? On a pu parler d’un second accouchement, puisqu’il s’agissait pour le Christ de paraître au grand jour, c’est-à-dire de « manifester sa gloire ». Jésus a-t-il voulu que soit reconnu le lien mystérieux qui unissait le fils à sa mère : « Qu’y a-t-il entre toi et moi ? 

C’est à profusion que Jésus donne sa joie aux mariés de Cana, mais surtout à nous tous par la vie eucharistique…

La phrase de Marie aux serviteurs : « Faites tout ce qu’il vous dira » signe son humilité, une humilité que nous ne devons pas trahir en isolant de son Fils cette femme au grand cœur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :