Éloge de la douceur


Pascal Balmand, extrait de la conférence de presse du 3 octobre 2017
Et puisque je viens de parler d’Alliance, j’aimerais clore mon propos par l’éloge d’une vertu trop facilement raillée : la douceur, sans laquelle nulle alliance n’est possible. La douceur de celles et ceux qui savent que tout ce qui est important appelle de la lenteur. La douceur de celles et ceux qui cultivent la gratuité avant le rendement. La douceur de celles et ceux qui choisissent d’écouter, et non d’être sûrs d’avoir raison. La douceur de celles et ceux qui laissent à un enfant le temps de grandir. Dans un livre magnifique intitulé « Puissance de la douceur », Anne Dufourmantelle écrit ceci : « (…) la douceur apparaît d’abord comme une défaillance. Elle déroge à toutes les règles du savoir vivre social. Les êtres qui en font preuve sont parfois des résistants mais ils ne portent pas le combat là où il a lieu habituellement. Ils sont ailleurs. Incapables de trahir comme de se trahir, leur puissance vient d’un agir qui est constamment une manière d’être au monde ». Après avoir précisé, puisqu’hélas il me faut sans doute le préciser, que pour moi la douceur n’est absolument pas incompatible avec l’exigence – dont elle constitue bien au contraire une condition, je peux vous l’avouer : l’École que j’aime est une École de la douceur …

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.