Le clown et la chenille

Les clameurs du cirque se sont tues. Les projecteurs s’éteignent un à un. Les spectateurs sont rentrés chez eux. Ils sourient ou éclatent encore de rire en pensant aux mimiques du clown et s’endorment tout contents : ils en ont eu pour leur argent.
Le clown, lui, encore tout maquillé, traîne ses immenses savates sur l’asphalte d’une ruelle blafarde. Triste, il médite sur son sort : 
« Quel drôle de métier que le mien ! Ils se sont amusés comme des fous. Pourtant ce sont eux qui les font, ces grimaces. Il suffit qu’ils se regardent dans une glace. Faut les voir dans le bus ou au boulot, les têtes bizarres qu’ils tirent. C’est à en pleurer de rire. Au fond, ils s’amusent d’eux-mêmes et n’ont guère besoin de moi. D’ailleurs, ils ne me connaissent même pas. Ils me croient en couleurs alors qu’au fond de moi tout est noir avec un tout petit peu de blanc. »
Emmitouflé dans ses tristes pensées, le clown s’appuie contre un lampadaire.
Une chenille justement en descend après avoir pris un bol de lumière. Sur le veston du clown elle a grimpé et bientôt, avec lui, se trouve nez à nez.
« Mon Dieu, quelle affreuse bestiole, s’exclame-t-il lorsqu’il l’a remarquée. Comment a-t-on pu inventer pareil épouvantail ? »
–  Dis-donc, lui dit la chenille offusquée, tu vas faire enfler tes chevilles boursouflées, tu me méprises sans savoir qui je suis. Je ne suis chenille que pour un temps, mais je serai papillon pour longtemps. Je suis noire peut-être, mais au dedans de moi tout est couleur et dentelle, mais pas toi. Bientôt une merveille de la nature jaillira de ma chrysalide obscure. Mes couleurs valent bien les tiennes. Une fois démaquillé, toi, tu n’existes plus ! »
Le clown en reste tout penaud et, dans sa tête, se met à philosopher.
« Finalement, que l’on soit clown ou chenille, il faut aller au-delà des grimes ou de la coquille pour regarder l’intérieur et découvrir ce que l’autre est en train de devenir. Si l’on veut aimer les papillons, il faut aimer les chenilles. En chacun de nous, clown ou non – d’ailleurs, chacun l’est à sa manière – il y a une personne en gestation et il faut aimer aussi la carapace si l’on veut toucher le fond du cœur. Dieu, en tous cas, nous aime chenille pour nous faire devenir papillon. »

Bernard Hubler

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.