Nous enrichir de sa pauvreté

La lecture d’Isaïe commence par l’annonce à Jérusalem d’une Bonne Nouvelle. Miroir aux alouettes ? Non : viendra le temps où Jérusalem sera le pôle unique d’attraction à partir duquel la lumière de Dieu rayonnera sur le monde entier. La joie que Dieu promet adviendra avec une simplicité évidente : « Moi-même je vous consolerai… comme une mère console ses enfants. »   Tout cela a un prix. Paul en témoigne : « Je porte en mon corps la marque des souffrances de Jésus »  C’est avec cette croix qui précède la Résurrection, que Jésus a marché avec le désir passionné « de nous enrichir de sa pauvreté »  (2 Co 8,9) ; il va en hâte son chemin, riche de la Bonne Nouvelle. Il la sème avec sagesse et prodigalité : Dieu est don incessant. Heureux sommes-nous de la suivre sa Pâques, « reliés à lui par une charité qui ne passera jamais ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :