Le chemin de l’Écriture

Écrire, cela prend du temps ; et un temps que l’on ne peut réduire car la page écrite est faite de cela, du temps que
l’on a mis à l’écrire. Écrire, c’est marcher à pied, cela dure un temps que l’on ne peut écourter, que l’on ne peut
résumer, car ce chemin où l’on va, on doit le parcourir dans sa totalité, sans rien ôter, pas après pas.

Écrire un livre, c’est comme voyager à pied, comme aller à Saint-Jacques par le chemin, et on mettra des mois à en
venir à bout, chaque jour presque semblable à tous les autres, chaque jour on en fait un petit bout, et on n’en voit
jamais la fin.

Parfois, avec un peu de cruauté, le chemin passe par une hauteur où la vue est dégagée, et l’on voit derrière soi ce
qui a été fait ; et on voit devant soi le moutonnement bleuté de ce qui reste à franchir, on ne voit pas très bien car
c’est loin, et derrière la prochaine colline s’élève encore une colline. Le chemin ne se fait pas en un jour, on le sait ;
on n’ira pas plus vite que le rythme de ses pas, on le sait encore ; mais c’est lent. Le but se rapproche, on le sait
aussi, mais c’est si loin.

Pendant toute l’écriture d’un livre on imagine que l’instant de le finir sera un brusque incendie de joie. Mais on travaille
si lentement, avec tant d’hésitations, que l’on ne s’aperçoit pas du moment de la fin. On relit, on corrige, et puis un
certain jour qui n’est pas différent des autres, on juge que ça suffit comme ça. On enregistre, on ferme. Cela ne
produit pas de joie, juste un soupir, et un léger vide. […]

Écrire des livres, c’est randonner à pied, on ne peut manquer un seul pas, et cela prend beaucoup de temps. Heureux
ceux qui écrivent court, ce n’est pas un voyage, c’est un pique-nique, un tour du lac et revenir le soir ; heureux sontils,
ceux-là qui écrivent court, ils courent, ils volent, ils savent où ils vont, ils voient le but, ils savent quand ils arrivent,
et n’en font pas toute une histoire. Ils recommenceront demain. Ceux qui écrivent long ne font que marcher.

Alexis Jenni (Extraits de « Le chemin de l’écriture », La Vie, 8 mai 2014)

Une réflexion sur “Le chemin de l’Écriture

  1. Anne Francoise Polonini 31 août 2019 à 13 h 07 min Reply

    Tout d’abord: quel bel écrit.
    Si vrai.
    Si dense.
    J’aime beaucoup la comparaison de la marche à pied.
    C’est parler en si ml en silence que d’écrire.
    Qu’il s’agisse de ressenti, souvenir, qu’importe.
    C’est la densité que l’on y met.
    Je ne connais pas Alexis Béni.
    Une raison de plus pour le découvrir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :