Marcher

Marcher, c’est te rencontrer à chaque instant, ô compagnon de voyage.
C’est chanter au bruit de tes pas.
Celui que ton souffle a touché ne vogue pas à l’abri du rivage.
Il déploie au vent une voile agitée et navigue sur une eau tumultueuse.
Celui qui ouvre toute grande sa porte et en franchit le seuil reçoit ta salutation.
Il ne reste pas à compter son gain ou à s’apitoyer sur ses pertes ;
les battements de son cœur scandent sa marche ;
car tu chemines avec lui, pas à pas, ô compagnon de voyage.

Tagore (L’offrande lyrique)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :