Je me suis tu

Quand ils sont venus chercher les communistes 
Je n’ai rien dit 
Je n’étais pas communiste.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes 
Je n’ai rien dit 
Je n’étais pas syndicaliste.
Quand ils sont venus chercher les juifs 
Je n’ai rien dit 
Je n’étais pas juif.
Quand ils sont venus chercher les catholiques 
Je n’ai rien dit 
Je n’étais pas catholique.
Puis ils sont venus me chercher 
Et il ne restait plus personne pour protester.

Poème attribué au pasteur Niemöller (Dachau, 1942)

Une réflexion sur “Je me suis tu

  1. Anne Francoise Polonini 31 octobre 2019 à 8 h 56 min Reply

    On ne se revendiquant d’aucune appartenance, la différence que nous affichons face à ceux
    avec lesquels nous affichons une indifférence et nous sommes parfois des Simon Pierre ou des apôtres endormis…. Alors que nous sommes tous frères

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :