C'est Jésus, le voleur

Il viendra comme un voleur. Jésus vient déjà comme un voleur. Il nous dérobe notre suffisance, nos sécurités, nos paresses, notre tranquillité. Il va tout jeter au feu, tout brûler dans quelque buisson ardent.

On attendait qu’il frappe à la porte, pour l’entrebâiller, le reconnaître, lui faire une petite place. Voilà qu’il perce le mur. Il y a longtemps d’ailleurs qu’il traverse les murailles, toutes les murailles. Inutile de tirer les verrous de nos peurs quand le Ressuscité s’approche.

Alors que faire? Veiller, être prêts. Comme si c’était pour la nuit prochaine ou pour ce soir. Et si c’était pour tout de suite? Puisqu’on a les yeux grands ouverts, puisqu’on est prêt, il ne va pas tarder. Vous allez voir: il est déjà là, il y a longtemps qu’il a fait une brèche dans notre mur de torchis et qu’il nous appelle dehors.

Veiller, être prêts, c’est toujours partir, partir avec lui. Il n’a rien volé. Il a même dit de tout laisser, de tout donner. Si, il a volé! Il nous a volés à nous-mêmes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :