quelqu'un m'a dit …


Écrit par Jos. Deschênes

Quelqu’un m’a dit: chez-nous, nous sommes à peine 170 personnes dans la paroisse et à la messe du dimanche, nous sommes trois ou quatre. Donc on ferme. On ne pense même pas aller à la messe ailleurs. On ne va pas chez-nous, nous n’irons pas ailleurs.

Le même monsieur m’a dit: Cependant, quand nous faisons des rencontres ou des activirés communautaires, les gens sont là. Nous prenons conscience que la paroisse est déplacée. Elle n’est plus au religieux mais plus au communautaire. Cela m’a rappelé une phrase écrite par Marc Pelchat en 1995: La paroisse nous apparait en fait comme une réalité déplacée plutôt  qu’une instiution simplement dépassée. Les chrétiens sont moins au niveau d’une pratique religieuse que de la vie.

Cette affirmation de ce bon monsieur m’a fait réfléchir. Nous n’avons pas une parole communautaire mais une pratique  de service public du religieux, comme l’écrivait Gilles routhier. Donc ce que nous présentons à l’église n’intéresse plus les chrétiens. C’est ce que des jeunes me disaient dernièrement. Nous avons devant nous un autre monde où il nous faut faire découvrir l’Évangile et la présence de Dieu.

Comme nous sommes dans un service public du religieux, une autre question m’est venu: Ces petites paroisses qui ont pris massivement leur distance, en fermant les services religieux, seront-ils abandonnés? Dans le documentaire L’HEUREUX NAUFRAGE, des chrétiens ont affirmé s’être sentis abandonnés lors de la révolution tranquille et la transfomation de la société. Depuis plusieurs années, j’entends souvent même de la part des prêtres: on ferme ces petites paroisses et s’ils ne viennent pas à la messe ici, ils resteront chez eux. 

Alors comme prêtre, je me suis arrêté et posé une question: Est-ce que je serais prêt aujourd’hui comme responsable de communautés à entrer dans cette nouvelle vision et besoin d’Église? Les chrétiens ont moins ou plus besoin de prêtre pour dire la messe, ils ont besoin d’un pasteur, d’un accompagnateur spirituel pour prendre le nouveau tournant ecclésial. Est-ce que je suis préparé à laisser mon service du religieux pour entrer dans ce tournant missionnaire? La réponse n’était pas évidente. Nous sommes invités à entrer dans un modèle prophétique d’Église où nous devons rester proche du monde tout en restant fidèle à l’Évangile. 

Ce que ce bon monsieur m’a dit m’a conduit à une réflexion profonde sur ma capacité d’être pasteur aujourd’hui pour comprendre que je ne suis pas préparé à ce changement radical de vision et je réalise mieux encore la parole du Père Arnold: Un système ne change pas, il défend des structures, un pouvoir, des doctrines et gère la décroissance. Cependant il m’a conduit à une autre réalité: L’urgence de s’asseoir et d’écouter les chrétiens. Écouter le cri de l’Esprit Saint à travers les cis des humains.Publié dansTextes de réflexion

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.