Le saut de la foi


On nous dit que le monde moderne a commencé par l’attitude fondamentale de Descartes (vers 1640). Il a cru pouvoir mettre à l’écart tout ce qui lui avait été enseigné, et il a exprimé ce qui lui restait en une phrase devenue classique : « Je pense donc je suis. » L’importance de cette phrase a son point de départ : une critique systématique de tout le reçu.

Il faut admettre l’importance d’un certain esprit critique qui nous conduit à douter avant d’affirmer. Etre crédule, « avaler » tout ce qu’on nous dit, ne nous grandit pas.

Mais le doute – qu’on peut dire très moderne – a ses limites. Vouloir tout vérifier, tout rationaliser, aboutit à rester sans conviction. Et à penser que rien ne peut dépasser notre raison humaine.

L’apôtre Thomas a connu le doute critique devant la résurrection de Jésus. Il aurait pu voir le corps du Ressuscité, et encore nier. Mais, avec l’Esprit Saint, il a pris la décision de la foi : « Mon Seigneur et mon Dieu. » Thomas est plus un exemple de foi que de doute !

Nous aussi, il nous faut parfois prendre la décision de croire, faire le saut de la foi. Et découvrir  la joie de la présence de Dieu en nous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :