Un « Vaccin Spirituel. »


Écrit par Jos. Deschênes

J’emprunte ce titre d’un message vu sur internet, je fais amende honorable à l’auteur. Le temps de confinement que nous vivons présentement nous fait voir avec plus d’acuité encore le vide spirituel dans lequel nos frères et soeurs ont cheminé depuis longtemps. Les gens me disent: nous sommes comme les païens, nous n’avons plus de messe; beaucoup de prêtres se sont évertués à trouve rmoyen de célébrer devant une église vide et une caméra. Nous avons mis l’accent sur la liturgie et la pratique, la spiritualité fut négligée et les dévotions populaires se sont effilochées au cours des ans  et nosu nous sentons devant un vide spirituel.

Ce vide, les apôtres l’ont vécu  à la suite de la mort de Jésus et le récit des disicples d’Emmaüs en est le signe. Mais Jésus leur a dit: « Allez en Galilée, c’est là que vous me verrez. »  Ce temps de confinement nous envoie dans la Galilée de nos vies. C’est là que vous me verrez. Alors le premier élément de mon vaccin spirituel sera de reconnaitre, de faire l’epxérience de cette présnece divine au coeur de ma vie qui est ma force et mon compagnon de route. D’ailleurs Jésus dira plus tard aux siens; Je serai avec (en) vous jusqu’à la fin des temps. » Nous ne sommes pas seuls sur la route. La présence du ressuscité en nous ne se fait pas découvrir par des enseignements mais par une expérience intérieure chaude et qui fait vivre. C’est un premier pas à faire.

Ce Jésus dont j’expérimente la présence en moi a dit un jour au paralytique: Prends ta vie en main et rentre chez toi. Nous sommes invités à être debout et positif dans la situation présente. Nous sommes peut être habitués à être souvent contre; nous luttons contre la maladie, nous luttons contre un ennemi. Jésus nous dit, soyez pour et non contre. Je lutte pour ma vie, ma santé. Ce confinement qui m’est demandé avec tous ses inconvénients est pour protéger ma vie, ma santé et celle des autres. C’est positif. Avant de regretter ce que je perds, il me faut regarder ce que je vais gagner ou que j’évite de perdre pour toujours. Soyons des êtres positifs.

Cette présence divine qui m’habite entre en communion avec moi. Ma prière devient une rencontre personnelle, un temps de communion avec quelqu’un, un temps de ressourcement intérieur qui me donne la force d’avancer sereinement. J’apprends à retrouver la prière moins comme des paroles mais comme rencontre de communion. Ma prière devient aussi bénédiction. Nous devons apprendre à bénir toutes ces personnes qui s’occupent de notre santé, de nos besoins essentiels, toutes ces personnes qui souffrent de solitude et meurent seules dans des résidences. Redécouvrons la force de la  bénédiction, elle est un élément important de notre spiritualité et de notre « vaccin spirituel. »

Enfin méditons bien ce texte de Jean: « Je suis le Bon pasteur, je connais mes brebis, » Je sais ce dont elles ont besoin. Continuons soeurs et frères chrétiens de méditer notre vaccin spirituel et laissons le Bon Pasteur nous accompagner sur notre route de concinement et de solitude.Publié dansTextes de réflexion

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.