Conseil et Valeur Humaniste


Nous arrivons dans la seconde partie du texte, celle ou je donne quelque conseil et et valeurs afin de renouer avec le savoir vivre ensemble. L’acceptation de soi est l’étape première de tout changement. Pour être en harmonie avec soi, il faut s’accepter tel qu’on est, avec nos forces et nos faiblesses, nos qualités et nos défauts. Avant de changer votre façon de penser, vous devez faire la paix de façon parfaite avec ce que vous êtes. L’important c’est d’accepter ce que vous êtes dans votre totalité, cela aura pour effet de calmer cette dualité permanente avec vos pensées guérir certaine névrose. Une névrose c’est quelque chose qui nous fait du mal mais que l’ont répète quand même, fumer est une névrose par exemple, certains systèmes de pensées le sont aussi. Plus on est conscient moins on pense, c’est trouvé l’équilibre sain entre ce que dicte son cœur et ce que raconte sa tête. Plus on est heureux et moins on est préoccuper parce que notre tête raconte. L’acceptation de soi c’est également réussir à se regarder dans un miroir sans jugement, être accueillant envers sois même. Bouddha disait « Tu peux chercher l’univers entier, pour trouver quelqu’un qui mérite autant ton affection et ton amour, qu’en toi-même. Tu ne trouvera cette personne nulle part ailleurs qu’en toi. Tu est celui ou celle qui mérite ton amour et ton affection plus que n’importe qui d’autre en ce monde.  » L’amour de soi passe par l’acceptation de sois.

Il y a une période de la vie qui est très importante de garder à l’esprit, c’est celle de l’enfance. Parce que c’est le moment ou l’on ressentait le plus le moment présent. L’on ne se soucier de rien, pas d’obligation, peu de contrainte, pas de préoccupation du passé ou du futur. C’est également une période ou l’ont on occupe une grosse part de notre journée dans notre imagination. Ce qu’il faut retenir de cette période c’était notre capacité a vivre dans la simplicité et ce que cela nous apporter. Posséder la simplicité d’un enfant c’est s’exprimer spontanément. Il Agit selon ce qu’il ressent et ne se pose pas de questions. Même si on le dispute et que cela l’amène à bouder un peu , il revient vers nous facilement, sans rancune et sans haine. Il ne se soucie pas des apparences, de ce que les autres pense de lui. C’est cette simplicité devant les événements qui lui permet de vivre dans le présent.

Parlons de la joie de vivre, cette état ou l’ont adopte le point de vue qui rend la vie magique. Elle dépend de l’enthousiasme que nous avons dans notre coeur. C’est pas évident de rester tout le temps dans la joie vivre quand la routine s’installe et ce n’est pas tous les jours qu’il va vous arriver quelque chose d’extraordinaire. Même lorsqu’il nous arrive un évènement désagréable, l’on doit resté dans la joie, c’est ce que la spiritualité nous enseigne. La joie de vivre, c’est un état d’être, c’est une manière d’aborder la vie, d’ou la nécessité de posséder la simplicité d’un enfant.

Nous avons tous tendance à penser que nous manquons de quelque chose. Jamais trop mince et jamais trop riche. Ce slogan nous fait passez a coté de merveilleux moment car il sous entendent qu’on manque toujours de quelque chose, qu’on en a jamais assez. La joie de vivre ça commence par savoir se contenter de ce que l’ont a. C’est également la faculté de reconnaitre ce qui est bon et beau au quotidien. C’est de réussir à porter notre attention sur multitude de petites actions qui nous rendent la vie agréable. La joie de vivre réside également dans la faculté de rire de nos erreurs. Lorsque la joie habite votre coeur, vous êtes heureux de vivre, vous travaillez dans l’harmonie et cela impacte les personnes qui vous entourent, elles deviennent elles-mêmes heureuses en voyant quelqu’un de joyeux. On récolte se que l’on sème alors resté toujours optimiste le meilleur est devant vous. La joie de vivre, c’est savoir être positif, je reviendrais après sur cette notion.

Il est important de pardonnez facilement, parce que pardonnez permet de se libéré, de ne pas nourrir des sentiments de haine, de rancunes et de vengeance. Nous sommes pas venus ici pour nous faire faire mal et souffrir sans raison. La souffrance est là pour nous apprendre quelque chose. De réussir à sortir de nos cercle vicieux, apprendre de nos erreurs, changer de route, trouver son chemin. Pardonner nous permet de nous libérer de sentiments négatifs qui nuisent à notre évolution. Prendre conscience de tout le temps que vous mettez sur des choses qui se sont passées et sur lesquelles vous n’avez plus de contrôle. Le pardon brise ce cercle vicieux et vous permet d’aller de l’avant, de passer à autre chose. Vivre sans amertume, sa commence par réussir à pardonnez facilement.

Il est important de savoir être compréhensif parce que l’incompréhension mène a la guerre. À la base de tous les conflits, une forme d’incompréhension engendrant la peur et la frustration qui, finalement, dégénèrent en colère. C’est ainsi que cela se passe au niveau mondial et, malheureusement, c’est aussi ainsi que les choses se déroulent au niveau individuel. Si nous procédons par ordre, il faut avouer qu’avant de tout comprendre ou d’être compris des autres, il faut se comprendre soi-même. C’est la base fondamentale de la compréhension. Prenez votre temps, examinez vos idéaux et les raisons pour lesquelles vous les avez choisis. Rappelez-vous des trois paragraphes précédent, la simplicité, la joie et le pardon. Si vos croyances et vos idéaux sont trop compliqués, simplifiez-les, ils seront plus faciles à mettre en pratique. Si vos croyances ne vous rendent pas heureux, changez-les, éliminez les contraintes. Si vous vous apercevez que vos idéaux et vos croyances sont plutôt moches, pardonnez-vous et aller de l’avant. Ce n’est pas toujours simple, mais une fois le processus est enclenché, on s’aperçoit que c’est réalisable. Savoir être compréhensif c’est faire preuve de tolérance, même lorsqu’on est en complet désaccord avec les positons des autres. Chacun évolue à son rythme. C’est posséder une communication non violente à toute épreuves.

Savoir être totalement libre de préjugés. Avoir un préjugé, c’est porter un jugement sans informations pertinentes. Les préjugés sont à l’opposé de la générosité, de la justice, du pardon et de la compréhension. Il sont issus de l’ignorance ou de la méconnaissance. Pour se libérer des préjugés, il faut d’abord admettre qu’il est humain d’en avoir et travailler par la suite à s’en débarrasser. Cela veut dire qu’il faut comprendre les raisons qui nous font entretenir des préjugés. Lorsqu’on est libre de préjugés, on devient de plus en plus sage sur le plan des jugements. Nous cessons d’accuser légèrement et sans preuve.

Être honnête est une base fondamentale, ça commence par sois même afin de mieux de se comprendre, c’est prendre la responsabilité de ses propre fonctionnement pour les modifier. Être honnête avec les autres est essentielle afin de créer une confiance mutuelle. On pourrait croire qu’elle a ses limite car l’honnêteté est un canal de la vérité, mais il y a toujours l’art et la manière de ne pas se montrer blessant. Être honnête c’est posséder une pureté d’intention même si ce n’est pas évident quand le courage nous fait défaut, mais l’honnêteté est essentielle pour que nos intentions soient pures.

Savoir être positif, parce que c’est vivre en harmonie avec soi-même et les autres. L’attitude positive, c’est vivre notre vie en croyant que tout ce qui nous entoure est là pour nous aider à nous développer, à être heureux et épanouis. Savoir être positif c’est prendre le point de vue du coté lumineux de la vie, devenir optimiste parce que c’est comme ça que le meilleur se produit. C’est un état d’esprit. C’est considérez l’échec et les problèmes comme une bénédiction et non comme une fatalité. Une attitude positive mène au bonheur et à la réussite et peut changer une vie. Ne garder en tête que ce que l’on souhaite et oublier ce que l’ont ne souhaite pas, est essentiel. Si vous regardez le côté lumineux de la vie, toute votre vie se remplit de lumière. Etre positif à 100% c’est également réussir à accepter les autres sans jugement, sans crainte, les accueillir sans ressentiment négatif car on a comprit que les autres ne sont qu’un reflet de ce que nous somme.

Savoir être généreux, et ce n’est pas forcément donner de l’argent, ou des biens matériels. C’est également et en premier lieu donner de sa personne, c’est a dire un peu de son temps, donner un coup de main, être à l’écoute quand la personne en face de vous ressent le besoin d’être écouter. « C’est en donnant que l’on s’enrichit », disait Mère Térésa. Il n’y a pas de plus belle preuve d’amour que de donner. Le vrais don est celui qui se fait au-delà même du sentiment, sans rien attendre en retour, pour la beauté du geste en quelque sorte. Il y a donner et donner. Donner de mauvaise grâce, à contre cœur, en faisant sentir a l’autre le prix de notre sacrifice, ce n’est pas donner, c’est consentir et acquiescer. Mieux vaut dans ce cas la s’abstenir. On est riche de ce que l’on donne, dit-on et cette richesse là n’a pas de prix.

Il n’y a pas pire juge que nous même, avec nous même. Posséder le sens de la justice, la philosophie du droit, est primordiale. La justice, c’est un peu comme la vérité: il faut se méfier des systèmes tout faits, tout pensés. La justice s’acquiert avec l’expérience, avec le jugement, avec la compréhension libre de préjugés. Le sens de la justice c’est l’acceptation de nos limites et de celles des autres, tout en reconnaissant le droit fondamental de chaque individu de suivre son propre rythme d’évolution, à sa manière. C’est bien de débattre, de posséder un esprit critique, chose que l’ont ne nous apprends pas avant le bac. Il y a tellement de problème sur terre qu’on pourrais en parler toute une vie mais personnellement je ne comprend pas les gens qui proteste contre des problèmes qui ne les touchent pas directement, comme de prendre position dans un conflit sans avoir toutes les informations, d’avoir une pensé binaire ayant la certitude de qui sont les méchant et de qui sont les gentils. Pour ma part c’est beaucoup plus complexe que ça et c’est très délicat de trancher en la faveur d’un partie ou de l’autre. Posséder le sens de la justice, la philosophie du droit c’est avant tout faire preuve de discernement, de justesse, de clairvoyance, de chercher le juste milieu, l’équilibre, la symbiose parfaite.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.