TRINITE ?


Le mot « trinité » n’est pas dans la Bible. Il a été reconnu au Concile de Constantinople, en 381, comme le plus apte à dire la foi de tons les chrétiens en un Dieu Père, Fils, Esprit. Les textes de ce, jour nous invitent à en comprendre le sens.

«Le Seigneur descendit dans la nuée. Il proclama son nom :Yahvé, Dieu tendre, plein d’amour.» Cette révélation, écrite dans le livre de l’Exode, il n’est pas sûr que nous en ayons réalisé l’importance. D’une part, on continue à opposer le Dieu de la Première Alliance au Dieu de Jésus‑Christ. Même si le Seigneur, dans la Bible, apparaît trop souvent comme un Dieu guerrier, vengeur, intolérant, Il est aussi expressément affirmé comme un Dieu de Tendresse. Il nous faut tenir compte de l’affection de Yahvé pour son Peuple, présente tout au long des siècles bibliques.

Mais surtout, chacun de nous hésite face à celui que saint jean a appelé l’Amour. Est‑ce trop difficile à admettre, par nous qui gardons au fond de nos consciences l’image du Très‑Haut, juge suscitant la terreur ? Il est vrai que dans notre Eglise, pendant des siècles, la spiritualité consistait à craindre le Dieu Tout‑Puissant. Est‑il possible, aujourd’hui, grâce au Christ jésus, d’oser une relation d’amitié avec ce Dieu‑ami‑des‑hommes ?

Mais si le vocable Trinité a été inventé par des théologiens, ce qu’il traduit du Seigneur était la foi des tout premiers chrétiens.Ainsi en témoigne l’apôtre Paul dès sa 2ème lettre aux Corinthiens, datée des années 55. En nous souhaitant la grâce de jésus, l’amour du Père, et la communion de l’Esprit‑Saint, Paul voit en nous la présence du Dieu d’amour et de paix. La Trinité de Tendresse est un prodigieux progrès dans notre approche de ce qu’est Dieu en vérité. Certes l’Infini est unique, comme nous le proclamons avec juifs et musulmans. Mais la Trinité est la réponse à ce très étonnant souhait d’un hindou qui faisait dire à Dieu : «Ah, si j’étais plusieurs !» Peut‑il y avoir amour dans la solitude ?

Jésus n’a pas été envoyé pour juger le monde mais pour l’aimer et le sauver. Pour pouvoir en être aimé. Pour lui permettre de partager la vie éternelle dans la joie du Père. C’est ce que nous redit le Christ dans cet évangile de jean, et les quelques lignes qui sont proposées à notre méditation aujourd’hui sont au coeur de notre foi. Elles excluent toute peur: celui qui vit dans la confiance échappe au jugement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.