Marche vers la paix… Comment?


  • Etre en paix, confiant en toute circonstance? Mais vous n’y pensez pas! Ah! si vous saviez ce qui m’arrive, tous mes soucis, tous mes ennuis… La paix? quelle utopie!
  • Je comprends, mais permettez une question. Dieu se serait-il trompé lorsqu’il a dit, et c’est écrit dans la Bible: «Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières… Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées…» Philippiens 4:6-7)?

Non, Dieu ne se trompe pas. Mais il faut reconnaître que cette expérience de paix n’est pas courante aujourd’hui. Est-ce à dire qu’elle est irréalisable? Peut-être se trouve-t-il dans votre entourage quelqu’un qui reflète cette paix, cette sérénité. Et cela vous étonne. Malgré les circonstances contraires, cette personne semble inébranlable. Comment fait-elle?

Pour acquérir cette force intérieure, elle s’est mise à l’écoute de Dieu dans la Bible et a suivi la démarche qu’il propose:

  1. Reconnaître son incapacité naturelle à faire le bien, toujours le bien, et satisfaire les exigences justes et saintes de Dieu; lui confesser cette faillite et en demander pardon.
  2. Accepter avec confiance le remède de Dieu, en ce qu’il a imputé nos fautes à son Fils Jésus- Christ, qui les a expiées en mourant à notre place sur la croix. Nos péchés étant expiés, le pardon devient possible.
  3. S’approprier par la foi le pardon que Dieu offre, ce qui équivaut à recevoir Christ comme Sauveur et Maître de notre vie.

Cette démarche constitue la première étape, indispensable pour faire de vous un enfant de Dieu (Jean 1:12). Elle vous réconcilie avec Dieu et vous assure la vie éternelle, l’au-delà en sa présence. Mais il y a plus. Nous avons besoin de paix ici-bas, dans nos circonstances quotidiennes. Comment pouvons-nous aimer ceux qui ne nous aiment pas, pardonner, espérer, croire encore et toujours? Si j’ai reçu Christ comme Maître de ma vie, il faut que je le laisse agir en moi, à ma place. Ce que je ne peux pas faire, il le peut, par sa présence en moi. L’apôtre Paul explique ainsi cette transmission de pouvoir:

«La mort de Christ en croix a été aussi la mienne. Je reste crucifié avec lui, et si je continue à vivre, ce n’est plus mon ancien Moi qui est à l’œuvre, c’est le Christ vivant qui agit et reproduit sa vie en moi.» (Galates 2:20, v. Kuen).

A cette condition seulement, la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera notre cœur et nos pensées, et les maintiendra dans la communion du Christ Jésus.

Jacqueline Braunschweiger

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.