Pique-nique sur l’herbe…


  • Ces foules assises sur l’herbe, partageant la nourriture, cela tien du grand pique-nique, avec casse-croûte tiré du sac et mise en commun des victuailles apportées par chacun, non ? Avec le principe bien connu que quand il y en a pour dix, il y en pour quinze.
  • J’en doute. Ce miracle parle bien de partage, mais c’est l’image de Dieu qui nourrit son peuple qui en est au centre. Le miracle a nettement une fonction symbolique.
  • Tu peux être plus précis ?
  • Les philosophes l’ont dit, l’homme est un animal symbolique, c’est-à-dire qu’il charge les fais de sens : seule façon de ne pas les laisser tomber dans l’oubli. Ainsi Jésus a exprimé le Règne à l’œuvre en faisant des gestes dont la profondeur s’est révélée aux yeux des seuls croyants. Et l’Eglise primitive a encore renforcé cette dimension symbolique de l’activité de Jésus.
  • En somme l’événement ne vaut pas par lui seul.
  • C’est cela. Un événement doit toujours être mis en relation avec ses interprétations, car c’est justement elles qui lui ont permis d’exister dans la mémoire des hommes. Il y a bien eu quelque chose, mais ce quelque chose ne serait rien s’il n’était chargé de sens.
  • Par la multiplication des pains, Jésus se donne donc comme celui qui nous nourrit.
  • Oui. Par sa parole et son pain eucharistique. Le miracle est expliqué par un mystère !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.