Les ouvriers de la onzième heure


  • Encore une parabole qui cherche à choquer !
  • Quand je pense à l’usage courant que la langue a fait de cette expression : les ouvriers de la onzième heure ! On s’en sert pour stigmatiser.
  • On parle en effet de résistants de la dernière heure…
  • Pour un peu, on penserait : pourquoi, moi, qui suis allé fidèlement à la messe, je n’ai pas plus de droit à la récompense que celui-là, converti à l’article de la mort ?
  • On s’enferme dans nos étroitesses, et on veut y enfermer Dieu avec nous ! C’est le drame de nos communautés quand elles sont réservées aux « gens bien ».
  • En fait, par cette parabole, Jésus polémiquait avec les pharisiens qui se croyaient les seuls choisis par Dieu. Et cette polémique a encore son sens pour la communauté chrétienne aux origines juives pour laquelle écrit Matthieu. Les premiers chrétiens, qui ont parfois enduré la persécution, ont sans doute eu du mal à accepter que les nouveaux convertis soient traités comme eux. C’est bien connu : les aînés se plaignent toujours des faveurs accordées aux puînés…
  • Nous avons donc là une parabole sur l’universalité du salut.
  • Oui. Et sur la difficulté à articuler la justice et la fraternité
  • J’y entends aussi un appel de Jésus pour que nous travaillions à faire venir ce Royaume où les laissés-pour-compte reçoivent ce dont ils ont besoin et où les autres, loin d’être jaloux, se réjouissent de ce que chacun puisse vivre décemment.
  • Oui. À nous d’être à l’image de ce maître.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :