Je te donnerai ce qui est juste


La parabole des ouvriers de la onzième heure est pour Jésus une manière de nous dévoiler la surprenante comptabilité qui règne au Royaume des cieux : de quoi encore une fois nous étonner, et même nous choquer. Une vigne, un maître, des ouvriers et un contrat de travail, au moins pour les premiers. Depuis le matin, lembauche a commencé et le salaire fixé: une pièce dargent pour la journée. Et puis, les heures passant, chaque fois quil rencontre des hommes désoeuvrés, le maître les embauche sans préciser le tarif. Il dit seulement : «Je vous donnerai ce qui est juste.» Vient le soir et la distribution du salaire. Voyant les derniers rece­voir une pièce dargent, les premiers se sont mis à rêver : sûrement, leur salaire à eux serait réévalué. Mais non, ils ont reçu tout simplement ce qui avait été convenu.

Ils récriminaient contre le maître du domaine

Alors le rêve sest transformé en récriminations. Un mot qui dit la méfiance vis-à-vis de Dieu, chaque fois quil ne nous accorde pas ce que nous désirons. Dans le désert, à lépreuve de la faim, de la soif, des serpents venimeux, on a beaucoup récriminé. Jésus reprend volontairement le même vocabulaire pour faire comprendre ce qui est en jeu. Ce ne sont plus ni la faim, ni la soif, ni les serpents, mais plus gravement, plus fondamentalement, la conception que nous forgeons de la justice de Dieu. «Je vous donnerai ce qui est juste », avait dit le maître. Il aurait pu dire : «Ce qui est juste à mes yeux.» Ce qui est juste à ses yeux, cest davoir un regard bon sur tout le monde : mais cette justi­ce-là nest pas toujours de notre goût. Nous ressemblons parfois à Jonas qui sest mis à bouder quand il a découvert justement que Dieu souhaitait le salut des Ninivites autant que celui des fils dIsraël. Alors, il nous faut sans cesse reve­nir à cette phrase de Jésus qui conclut la parabole de la bre­bis perdue : «Votre Père qui est aux cieux veut quaucun de ces petits ne se perde.» Tant que nous continuerons à calculer les mérites comparés des uns et des autres, nous entendrons résonner cette autre phrase : «Vas-tu regarder unavec un oeil mauvais parce que moi, je suis bon?» Car, après tout, les premiers embauchés nétaient lésés en rien : le contrat avait été respecté en ce qui les concerne. Le maître na-t-il pas le droit de disposer de son bien à sa guise? Et quand il sagit de Dieu lui-même, dont les res­sources sont inépuisables, nous navons rien à craindre de ses libéralités. Sans oublier que, tout bien réfléchi, nous res­semblons tous plutôt aux ouvriers de la dernière heure ! Personne ne nous a embauchés.

Dans la vigne du Seigneur, qui pourrait soutenir cela? Alors que la Bible tout entière répercute lannonce extraordinaire de lamour de Dieu pour lhumanité tout entiè­re Quelle que soit lheure de lembauche, nous sommes assurés dêtre amplement rétribués.

                                                      (panorama : fiches bibliques)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.