Les deux fils


Les chefs des prêtres et les anciens sont déjà en querelle ouverte avec Jésus: son succès grandissant les agace et les inquiète, depuis quil est entré triomphalement à Jérusalem. Qui la autorisé à se conduire de la sorte, quel rôle joue-t-il? Jésus ne refuse pas la discussion, il leur tend une perche pour les aider à changer de regard. Il commen­ce par leur raconter une histoire: un homme avait deux fils. Aux deux il a demandé la même chose: aller travailler à sa vigne. Le premier a dit non pour finir par y aller, le second a dit oui mais nen a rien fait. Lequel a fait la volonté de son père? La réponse va de soi et ses interlocuteurs nhésitent pas une seconde. Mais, habitués qu’ils sont aux discussions des rabbins, ils devinent que, derrière cette question trop simple, se cache une leçon. Seraient-ils visés ? Jésus ne les laisse pas hésiter longtemps puisque, désormais, il sadresse à eux directement pour mettre en cause leur conduite.

Les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu

Quelle audace! Chefs des prêtres et anciens consacrent le plus clair de leur temps à lire les Ecritures et à mettre en application toutes les prescriptions de la Loi de Moïse dans ses plus petits détails. On ne peut pas en dire autant des publicains et des prostituées! Comment pourraient-ils même prétendre être sur le chemin du Royaume? Elle est bien là, pourtant, peut-être, la grande annonce de ces paroles de Jésus: même pour les pécheurs invétérés, il nest jamais trop tard pour se convertir. Si les interlocuteurs de Jésus étaient de bonne foi, désireux de convertir leurs contemporains, au lieu de les condamner à perpétuité, ils accueilleraient cette parole de Jésus comme une très bonne nouvelle. Ezéchiel, déjà, six siècles plus tôt, lavait annoncé : « Si le méchant se détourne de sa méchanceté pour prati­quer le droit et la justice, il sauvera sa vie. Parce quil a ouvert les yeux, parce quil sest détourné de ses fautes, il ne mourra pas, il vivra» (Ez 18, 27-28). Ses contemporains non plus n’avaient pas apprécié, ils avaient déclaré la conduite de Dieu bien étrange. Et voilà que lhistoire se répète. Ceux qui se savent (ou se croient?) justes sont sans pitié pour les pécheurs, même convertis.               

Jean-Baptiste est venu à vous et vous navez pas cru à sa parole

Mais Jésus va encore plus loin : cest leur propre vertu quil conteste ! « Vous ne vous êtes pas repentis pour croire à la parole de Jean-Baptiste.» Il ne situe donc pas la question sur le terrain de l’observance des commandements, mais sur celui de laccueil de la parole. Cest leur dureté de coeur quil dénonce, et leur refus de se remettre en cause. En définitive, ils ressemblent au deuxième fils de la parabole : ils prétendent faire la volonté du Père, mais ils ne se déran­gent pas pour aller travailler à sa vigne.

                                                                                              Fiche biblique panorama

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.