La Main de L’Espoir



Cette image circule depuis Novembre 2000.

Aux yeux de plusieurs, elle aurait dû être « La photo de l’année ».

Cette photo est celle de Samuel Alexander Armas,

un enfant,ou plutôt un fœtus de 21 semaines qui devait être opéré

à l’intérieur de l’utérus par le chirurgien Joseph Bruner.

Le bébé souffrait de « Spina bifida » une malformation de la colonne vertébrale

et n’aurait pas survécu à l’extérieur de l’utérus.

La mère, Julie Armas, une infirmière en obstétrique,

avait entendu parler des remarquables opérations pratiquées par le Dr Bruner

alors que l’enfant est toujours à l’intérieur de l’utérus.

Après avoir sorti l’utérus du ventre de la mère,

le chirurgien fait une petite incision et il peut ainsi opérer le fœtus.

Pendant l’opération, Samuel a sorti sa petite main complètement formée par l’ouverture,

il a attrapé le doigt du chirurgien et l’a serré très fermement.

La photo capture ce moment privilégié de façon très claire.

L’éditeur a intitulé la photo : « La main de l’espoir »

et le texte disait : « La petite main de Samuel Alexander Armas est apparue

hors de l’utérus de sa mère pour agripper le doigt du Docteur Bruner

comme pour le remercier du don de la vie. »


REGARDEZ CETTE INCROYABLE PHOTO !

bébé

uin 2001

Je viens d’avoir des nouvelles de la naissance de Samuel.

Il est né à Northside Hospital à 36 semaines. Il pesait 5 lbs 11 onces.
Il s’est mis à crier aussitôt que sa tête fut sortie.
Sa malformation au cerveau semble avoir été contournée par la chirurgie
et son neurologue est très optimiste pour son futur.
Il bouge ses jambes mais on lui fera faire de la physiothérapie
pour activer ses muscles un peu plus.
Il se nourrit très bien.
Les parents sont très heureux et disent qu’ils viennent de vivre un miracle.

Qui est MICHAEL CLANCY ?

Extrait d’un article intitulé « La main de l’espoir »
par ÉVELYNE L. BOUCHARD,
(Nouvel Informateur Catholique, octobre 2002)

« Michael Clancy est un homme transformé. Et ce changement s’est opéré lors d’un incident survenu pendant qu’il accomplissait son travail de photographe dans une salle d’opération. Il a reçu un coup de main… d’une minuscule petite main !

Photographe-journaliste, pigiste chevronné, Clancy a été engagé par la revue « USA Today » pour photographier l’opération chirurgicale d’un fœtus. Dans la quarantaine, célibataire, professionnel érudit affirmant qu’il a «une spiritualité mais n’est engagé dans aucune religion particulière», Clancy se décrit lui-même comme quelqu’un d’absolument en dehors de tout débat sur l’avortement. «Je n’ai vraiment rien eu à voir avec quelque débat que ce soit sur l’avortement et je n’ai jamais pris position sur le sujet», a-t-il affirmé lors d’une interview avec le «Tenessee Register», journal catholique diocésain de Nashville (E.U.).

Mais quelque chose s’est produit le 19 août 1999, alors qu’il se trouvait dans une salle d’opération, la caméra à la main, au Centre médical de l’université de Vanderbilt . La procédure chirurgicale qu’il photographiait, ce matin-là, visait à corriger l’anomalie qu’on appelle « spina bifida » (l’épine dorsale ne se ferme pas) sur un fœtus de 21 semaines de gestation.

Julie Armas, la mère de ce fœtus qui s’appelle désormais Samuel Alexander Armas, une infirmière en obstétrique, avait entendu parler des opérations remarquables que pratique le chirurgien Joseph Bruner, alors que l’enfant est toujours à l’intérieur de l’utérus. Le médecin extirpe l’utérus du ventre de la mère, fait une petite incision et peut ainsi opérer le fœtus.

«Quand l’opération a commencé, raconte Clancy, les médecins ont fait une petite incision dans l’abdomen pour accéder à l’utérus qu’ils ont sorti et placé sur la mère. Une autre incision a alors été pratiquée sur l’utérus lui-même, mais le fœtus est demeuré à l’intérieur pendant l’opération.

«C’est alors qu’un miracle s’est produit, poursuit Clancy. Alors que le chirurgien terminait l’opération, il m’a questionné sur la vitesse de mon film et m’a demandé Si j’avais saisi un mouvement. Personne à ce moment-là ne touchait à l’utérus mais il bougeait. Tout à coup, l’enfant a sorti un bras à l’extérieur, puis l’a rentré, ne laissant sortie qu’une minuscule main. J’ai commencé alors à prendre des photos.»

Ce qui s’est passé par la suite continue toujours d’étonner Clancy. «Le médecin s’est penché sur le fœtus et a soulevé la petite main. Samuel Alexander a alors attrapé le doigt du chirurgien. Celui-ci a secoué gentiment son doigt et le bébé l’a serré très fermement. Puis la main s’est retirée à l’intérieur et le médecin a commencé à coudre l’incision pour fermer l’utérus et compléter l’opération.

«Une infirmière m’a demandé ce qui s’était passé parce que j’avais crié « Wow ! stupéfiant! » continue Clancy. Quand je lui ai dit ce que j’avais vu, elle a haussé les épaules et répondu: « Oh, ils font ça tout le temps »».
Encore frappé par ce dont il avait été témoin, Clancy a fait parvenir son film non développé à «USA Today». Plusieurs publications exigent cette procédure afin de s’assurer qu’il n’y a pas de truquage opéré sur les photos.

«Intérieurement, avoue Clancy, je me disais que dans tout ce que j’avais vécu et accompli dans ma vie, cet événement était le plus significatif»

Clancy ne savait toujours pas Si ses photos étaient bonnes. Il n’était pas sûr d’avoir réussi à taire le focus… Tout s’était passé trop rapidement. Dix jours plus tard, son éditeur l’appelait. «Il m’a dit alors que c’était la photo la plus incroyable qu’il ait jamais vue», se rappelle Clancy.

Cette photo maintenant célèbre, que l’éditeur a appelée La main de l’espoir, est publiée sur plusieurs sites Internet, avec ou sans la permission de l’auteur, et affichée sur de nombreux babillards. Elle existe en poster et apparaît également sur site Internet de Clancy à www.michaelclancy.com.

«Le lendemain de la publication de cette photo, dit Clancy, un homme de Saint-Louis m’a appelé et m’a dit ‘je dirige 14 centres d’urgence (de détresse) pour femmes enceintes et je veux que vous sachiez que votre photo sauve des vies’. Plusieurs personnes m’ont également envoyé des courriels pour me dire que cette photo avait changé leur vie.»

Donna Thomas, directrice de «Caring Choices», de Nashville a vu la photo sur le site Web de Clancy. «C’est drôlement saisissant», s’est-elle exclamée. Cela renforce le concept qu’une grossesse, c’est une vie qui se développe à l’intérieur de quelqu’un et que cette vie doit être respectée et protégée.

Se qualifiant toujours de chercheur spirituel, Clancy affirme que sa photo apporte une réponse à une importante question pour lui et pour bien des gens: femmes enceintes, personnel de cliniques d’avortements, qui ont à prendre des décisions de vie ou de mort.

«Cela a changé ma spiritualité, affirme le reporter-photographe. Je sais maintenant, sans aucun doute, que Dieu se sert de moi et que je dois faire circuler cette photo. Je ne me vois pas comme un sauveur de vies, mais plutôt comme un messager qui doit faire savoir aux gens ce qui s’est passé… dans un clin d’œil.»

Et qu’en est-il de l’enfant? Clancy nous apprend que «Samuel Alexander Armas est né le 2 décembre 1999. Je l’ai vu alors qu’il n’avait que deux jours, à l’hôpital d’Atlanta. Quand je l’ai regardé, j’étais étonné: il était si parfaitement formé… un bébé normal, qui promenait sa tête de gauche à droite comme s’il tentait de tout voir. Après ce que j’ai lu sur l’opération qu’il a subie, je dis que c’est un miracle!» »

Source: Anonyme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.