Et nous serons sauvés


Jésus nous donne une leçon de courage quand il s’adresse « aux chefs des prêtres et aux pharisiens ». Il les met face aux risques qu’ils prennent : rejeter l’envoyé de Dieu, jusqu’à le tuer.

Cette parabole dramatique ne peut pas faire oublier son amour : c’est aussi pour ceux qui décideront de le tuer qu’il va donner sa vie. Plus tard, Paul, de sa prison, invitera les Philippiens à ne s’inquiéter de rien. Là encore, merveille que cette confiance qui passe de Jésus à Paul, de Paul à nous, et nous entraîne dans ce retour au Dieu qui veut nous sauver tous. Sans se trahir elle-même, l’Eglise ne peut prendre prétexte de la parabole des vignerons homicides pour oublier ce qu’elle doit aux Juifs.Leur histoire est aussi notre histoire. Pour eux, comme pour nous, Dieu a fait une œuvre admirable en ressuscitant son Fils.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.