Un homme était propriétaire d’un domaine ; il y planta une vigne


Cette histoire de vigne était transparente pour les auditeurs de Jésus, parce que bien connue : le prophète Isaïe avait un jour raconté une petite parabole qui parlait dun vigneron particulièrement soigneux, et tout le monde comprenait quil sagissait de Dieu lui-même veillant sur son peuple. Mais lhistoire finissait mal, le vigneron navait eu que des déboires avec sa vigne : «Il en attendait de beaux raisins, mais elle en donna de mauvais. » Alors le prophète racontait la colère du propriétaire. Et pour être sûr quon avait bien compris, il expliquait lui-même : «La vigne du Seigneur de l’univers, c’est la maison d’Israël… Il en attendait le droit, et voici l’iniquité.» Le but de cette prédication était dappeler le peuple à se convertir. Jésus na pas dautre but lorsquil raconte à son tour la parabole. Une fois de plus, il reprend des éléments d’une histoire connue mais la modifie en fonc­tion de son auditoire et de ce quil veut faire entendre.

Le propriétaire la donna en fermage à des vignerons et partit en voyage

Matthieu précise que Jésus sadressait alors aux chefs des prêtres et aux pharisiens: on voit bien, donc, qui sont les vignerons. Or si le propriétaire a pris la liberté de partir en voyage, cest parce quil avait confiance. Hélas, sa confiance a été trahie. Ils avaient la charge de la vigne (le peuple dIsraël), et ils lont mal guidée: cest pour cela que les fruits ont été mauvais (le peuple sest mal conduit). Alors Dieu a envoyé ses prophètes, mais on sait quel sort leur fut réservé. La fameuse maxime « Nul n’est prophète en son pays» le disait assez. Ce que Jésus traduit: «Les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent lun, tuè­rent lautre, lapidèrent le troisième. »

La suite de lhistoire est terrible : «Finalement, il leur envoya son fils.» Pour nous, deux mille ans plus tard, cest trop clair. Et nous connaissons la suite : « Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent.

Effectivement, Jésus a été rejeté de Jérusalem et tué hors de la ville sainte comme un criminel, un blasphémateur. Ces paroles ont été prononcées très peu de temps avant la Passion, ce qui les rend plus saisissantes encore. Comme si Jésus tentait une dernière fois d’ouvrir les yeux des chefs du peuple, avant quil ne soit trop tard.

La pierre quont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire.

La parabole ne se termine pas sans une note despérance pour celui qui veut bien lentendre.

« Le Royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à un peuple qui lui fera produire son fruit. » Dieu est un habitué de ces renversements de situation. Jésus, la pierre rejetée, deviendra la clé de voûte de lédifice. Traduisez: le nouveau peuple, tous ceux qui accepteront de se rassem­bler autour de lui.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.