La parabole des talents


  • Cette parabole est entendue comme la comprend le troisième ses serviteurs : le maître a confié ses biens à ses serviteur et il en demandera compte.
  • D’où les leçons de morale aux enfants chrétiens et principalement à ceux qu’on jugeait doués, bien dotés de « talents » (on jouait sans crainte sur le double sens du mot dans nos langues) : « Dieu vous a confié des talents pour que vous les fassiez fructifier. Il vous les redemandera au jour du jugement. »
  • Cette parabole, que je lis maintenant comme la parabole de l’appropriation de sa propre vie, était devenue un lieu où sévissait l’œil-conscience de Victor Hugo. Par ce texte évangélique, on apprenait à l’enfant que l’homme n’est qu’un serviteur de Dieu, responsable de sa vie durant de talents qui ne sont pas les siens, et pour lesquels il devra, au jour de sa mort, rendre des comptes de serviteur à son divin maître. Dans la même heure de catéchisme où on lui enseignait ceci, on lui faisait sans doute aussi réciter le « Notre Père », prière où se trouve clairement reconnu au même enfant le statut de fils divin : la contradiction ne semble pas avoir troublé beaucoup de monde.
  • Comment s’étonner alors que l’homme émancipé de nos démocraties, qui n’a plus de maître absolu ni dans sa famille ni dans sa cité, ne consente plus à cette religion de serviteurs pour l’éternités ? (…)
  • J’ai un instant souhaité que la parabole ne s’achevât pas si brutalement mais donne une consolation à l’exclu ; et au lecteur qui s’est identifié à lui. Que l’ancien maître formule au moins un adieu, un vœu pour dire son espoir que l’exclu rencontre d’autres hommes qui pourront l’écouter et l’aider à lire autrement ce qui lui était arrivé. La parabole est moins bien-pensante que moi et plus réaliste. Elle n’ignore pas que le maître tant qu’il est « su » par l’autre comme tyran, ne peut plus rien lui dire qui n’alimente chez l’autre la preuve de cette tyrannie et ne retarde son propre avènement. Marie Balmary, Abel ou la traversée de l’Eden (Ed Grasset, 1999,p. 76-77 et 105)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.