Les quatre semaines de l’Avent me semblent être comme un immense chantier de reconstruction?


Les quatre semaines de l’Avent me semblent être comme un immense chantier de reconstruction ou de modification ou encore de mise aux normes. Les rues commerçantes sont décorées avec des guirlandes lumineuses, afin de l’on puisse “travailler” même lorsque la nuit arrive. Les vitrines sont réorganisées et décorées de telle façon que les “matériaux de construction” soient bien visibles et pour ainsi dire à portée de main. Une musique agréable résonne dans les rues et sur les lieux de “construction” pour stimuler les “ouvriers” dans leur ouvrage. D’ailleurs tout le monde s’empresse comme des fourmis, aucun retard n’est toléré car après tout l’on n’a que quatre semaines pour achever le chantier.


Comme tous les ans, des prévisionnistes ou économistes de tout poil prédisent que Noël s’annonce mieux que l’an passé. D’ailleurs l’on nous annonce déjà que des “matériaux” sont épuisés comme certaines poupées Barbie ou des produits dérivés d’Harry Potter. Mais il y a aussi des hommes qui n’ont pas le sentiment que ce chantier avance réellement. Pour eux, les montagnes deviennent chaque jour plus hautes à l’approche de Noël. Pour eux, les ravins de la déception se creusent plus profondément de jour en jour. Certains tentent même de lutter devant ce commerce des pays riches et se demandent : pour qui et pour quoi donc tout cela ? Plusieurs pensent même que d’année en année, il est de plus en plus difficile de ressentir quelque chose de la venue de Dieu.


Le temps de l’Avent est limité à quatre semaines. Vingt-huit jours où nous sommes occupés sans cesse, courant de part et d’autre. Les vingt-huit jours les plus longs de l’année. Mais pour qui et pour quoi courrons-nous ? Ne nous trompons-nous pas de chantier ? Préparons-nous encore le chemin du Seigneur, aplanissons-nous encore les routes ou nous agitons-nous seulement pour nous-mêmes ? Faisons-nous encore une place à Dieu ou nous contentons-nous de “bricoler” après la façade ? Accrochons-nous seulement des guirlandes à l’extérieur ou portons-nous encore en nous la lumière de l’Espérance ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :