Le pêcheur jette l’épervier à la mer.


Le pêcheur jette l’épervier à la mer.  Le geste tant de fois répété est rigoureux mais il peut devenir routinier.  A quoi peut rêver le pêcheur ? A d’autres rivages pour rapporter un filet plein à craquer ? Mais est-il prêt pour cela à quit­ter la mer de Galilée ? Nous-mêmes nous avons de la réti­cence à renoncer à la répétition rassurante pour le risque d’une rencontre nouvelle.  Nul ne peut entendre l’appel de l’autre s’il est ligoté par ses habitudes ou limité dans son horizon.

Mais s’il est quelqu’un de libre pour laisser ses filets, alors il peut entendre la voix de Jésus : « Viens ». Faut-il donc renoncer à la pêche, à un métier appris auprès de son père et de ses frères, aimé depuis l’enfance ? Ou accepter de pêcher autrement et ailleurs ? « Je ferai de vous des pêcheurs d’hommes. » La mer de Galilée devient l’océan du monde.  La pêche devient prêche.  Le filet débordera quand la bonne nouvelle du bord du lac aura atteint tous les rivages de l’univers.  Pêche miraculeuse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :