L’ÉVANGILE AU PRÉSENT MARC 1,40‑45


La lèpre atteint encore des millions de personnes dans le monde, surtout en Afrique et en Asie. Aux temps bibliques et évangéliques, les lépreux étaient des parias, des exclus vivant à l’écart des agglomérations. Le passage du Lévitique lu en première lecture le confirme. La guérison du lépreux par Jésus, telle qu’elle est racontée par l’évangile, prend un singulier relief dans ce contexte.

Jésus le toucha

Les lépreux, « intouchables » par crainte de la contagion, étaient considérés comme des « impurs » au regard de la légalité religieuse, condamnés à une exclusion cultuelle, interdits de Temple et de synagogue. Tout contact avec eux rendait également « impur », au moins pour un temps. Avec leurs « vêtements déchirés », symbole de deuil, ils étaient considérés comme des morts vivants

Jésus se laisse approcher par le lépreux; il « étend la main et le touche ». Ce faisant, il enfreint la Loi ; il devient lui-même « impur». On pourrait dire qu’il prend sur lui la lèpre de l’homme, en même temps qu’elle « quitte » celui‑ci désormais purifié. Lui‑même victime d’un rejet des autorités qui le conduira à la croix, il est « obligé d’éviter les lieux habités ». Il prend la « mort » du lépreux en lui donnant la vie. Il lui redonne sa place au milieu des vivants.

Cet évangile nous ouvre les yeux sur nos exclusions. Nous avons parmi nous ceux que nous avons tendance à considérer comme des « pestiférés » : malades du sida, sortis de prison, sans domicile fixe, et gens du voyage parce qu’ils ne vivent pas comme nous. Oserons‑nous les « toucher » pour leur venir en aide?

L’homme fut purifié

Le récit de Marc parle plus de purification que de guérison. D’ailleurs, la Bible considérait la lèpre plus comme une impureté que comme une maladie normale. La nature et les dégâts physiques de ce terrible mal le prédisposaient à être le symbole des atteintes morales et spirituelles de l’être humain.

Rendre saine la chair putréfiée du lépreux devient le signe de l’action salvatrice du Christ venu assainir les profondeurs humaines des maux qui rongent « l’image et la ressemblance » de Dieu. Lui qui proclame « heureux les coeurs purs» (Mt5, 8), il annonce son Royaume où «les lépreux sont purifiés » (Lc 7, Zz).

Avec nos lèpres de péché, approchons‑nous du Christ! Supplions‑le comme le lépreux de l’évangile! Laissons‑nous toucher par celui qui veut et peut nous purifier!

L’Eucharistie est un rite de guérison : « Dis seulement une Parole, et je serai guéri!»

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :