L’ÉVANGILE AU PRÉSENT MARC 9,2‑svt


Nous connaissons si mal les autres, même ceux auprès desquels nous vivons. IL faut parfois qu’un événement extraordinaire survienne pour les révéler à nos yeux. L’épisode de la Transfiguration révèle à ses apôtres le vrai visage de Jésus de Nazareth, et nous fait entrevoir notre vrai visage.

Clarté sur le visage du Fils

Au moment où jésus gravit la montagne de la Transfiguration, il arrive au terme de son ministère en Galilée. II subit l’incompréhension des foules, parfois enthousiastes, mais surtout superficielles et versatiles. L’hostilité des chefs religieux est à son comble; ils le rejettent comme Messie. Jésus sait que ce refus va le conduire à la Croix.

Quant aux disciples, leur foi est fragile ; ils achoppent sur l’annonce de la Passion et de la Résurrection ; Pierre lui-même est révolté à cette idée… C’est dans ce contexte de «défiguration » que survient la Transfiguration.

L’apôtre Pierre écrit dans une lettre: « Nous avons été les témoins oculaires de sa majesté» (2 P 1, 16). La gloire divine, mise en veilleuse dans l’humanité de jésus de Nazareth, a été soudain dévoilée. A ce moment, l’humanité du Seigneur est devenue transparente de l’identité du « Fils bien‑aimé ».

C’est un signe annonciateur de sa Résurrection que jésus a donné à ses disciples. Ce resplendissement annonce l’heure de gloire de Celui qui est « la Lumière véritable » Jn 1, 9).

Aurore pour l’homme

Durant ce Carême, portons notre regard sur la «face cachée » de notre être où sont imprimées « l’image et la ressemblance de Dieu » !

Le péché défigure nos visages de baptisés. Il altère cette beauté secrète qui est notre «portrait d’éternité » , comme le manque d’amour reçu et donné « casse » à la longue un visage d’homme ou de femme. Il creuse en nos coeurs les rides d’un vieillissement mortel. Quel visage du Christ donnons‑nous alors à voir?

La lumière sur la face du Seigneur transfiguré nous révèle notre vrai visage. Elle projette sur nous l’éclat de notre vocation de fils et de filles de Dieu, au‑delà de tout ce qui brouille l’empreinte de « l’image de Dieu ». Le Carême, ce sont quarante jours pour « se refaire une beauté » du coeur!

La Transfiguration du Seigneur est un signe de résurrection qui nous est adressé, jusqu’au moment où Dieu « transfigurera notre corps humilié pour le rendre semblable à son corps de gloire » (Ph 3, 21).

Sur le visage du Seigneur brille ce qui est notre espérance! Devenons ce que nous sommes! Vivons en «enfants de lumière » !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :