L’ÉVANGILE AU PRÉSENT JEAN 3,14-21


Une mère de famille confie que sa cadette manifeste sa révolte à propos des violences ou des catastrophes en disant: « Dieu est-il en grève ?’-« Le spectacle du mal et de la souffrance dans le monde pose question. « Et Dieu dans tout ça ? » Serait-il indifférent ou impuissant? Les lectures de ce dimanche nous apportent un message d’espérance et d’optimisme.

Dieu a envoyé son Fils

« Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique ». Le Christ est la plus haute expression de l’amour du Père pour ce monde. En nous donnant Jésus, « Dieu sauve », il s’engage à sauver ce qu’il a créé par amour. « A cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ. »

Comment Dieu nous sauve-t-il? Rarement par miracle et d’une manière spectaculaire. Très souvent, nous avons été, à notre insu, protégés de grands dangers, sans penser à rendre grâce. Nous sommes aidés et guidés de l’intérieur de notre être.

Ce qui est en jeu, au-delà de saluts quotidiens si importants pour nous, c’est notre salut définitif: « Que tout homme qui croit obtienne la vie éternelle ».

Tournons vers lui notre regard

Sur, la route de l’Exode, les Hébreux, mordus par des reptiles, avaient été sauvés en portant leur regard sur la représentation d’un serpent sur un poteau. Jésus a associé son « élévation » sur la croix à ce symbole, mais, cette fois, pour le don de la vie éternelle.

Ce regard vers le Christ sauveur est un regard de confiance et d’espérance !  En voyant le monde troublé et violent, en ce début du vingt-et-unième siècle, comment ne pas douter parfois de son salut? Pourtant, nous n’avons pas le droit de céder au pessimisme. Comme l’écrit Paul, « Dieu veut montrer, au long des âges futurs, la richesse infinie de sa grâce. »

Mais cet optimisme n’a rien de béat; il est engagé. Dieu ne nous sauve pas sans nous. Il nous faut « agir selon la vérité ».

Nous percevons déjà des signes positifs indiquant que le mal peut être vaincu : la montée du mouvement citoyen contre la tyrannie; les premiers balbutiements d’une organisation du commerce mondial plus équitable; la mobilisation des jeunes pour la justice et pour la paix; la fin de l’impunité des criminels internationaux; l’ouverture de la jeunesse à la dimension spirituelle de l’homme…

Nous sommes encore loin du « grand jour », mais ces petites lumières de vérité percent la « nuit ».

Non, Dieu n’est pas « en grève »! Ne le soyons pas non plus!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :