Il m’arrive d’être pris par le tourbillon…


Il m’arrive d’être pris

par le tourbillon, le bruit,

la course contre la montre,

là où l’amour n’a plus le temps…

Il m’arrive d’être mort à moi-même

et aux autres et à toi…

Mon coeur est clos

comme les yeux d’une enfant sans vie.

Alors,

du fond de cette nuit sans couleurs,

je sens ta respiration, ta voix…

« Lève-toi, je te le dis, lève-toi! »

Toi qui n’as pas fait la mort,

tu détestes me voir perdre ma vie :

« Lève-toi, je te le dis, lève-toi! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :