Pain éternel


Nourrir le peuple est aussi une préoccupation de Jésus.  Le nourrir effectivement d’abord.  Dimanche dernier, nous l’avons vu multiplier pains et poissons et subvenir ainsi aux besoins de la foule qui l’a suivi.  C’était essentiel.  Là encore, il n’est de liberté que nourrie.  Mais après avoir donné du pain à la foule affamée, il lui révèle une autre nourriture: le pain de vie qu’il est lui-même.  Car si le pain ordinaire assure la liberté, celle-ci ne dure qu’autant que dure le pain.  Le Christ est un pain éternel pour une vie et une liberté éternelle.  C’est là l’essentiel de l’évangile du18ème dimanche ordinaire B.

Le dialogue entre la foule et Jésus est passionnant.  On part du pain multiplié pour évoquer la manne ; ça, c’était un signe, dit la foule.  Or Jésus reprend ce signe pour dire : la manne, c’était un je ne sais quoi (Mann hou : qu’est-ce que c’est ?).  Aujourd’hui, ce je ne sais quoi prend nom et figure : c’est moi, Jésus, Fils de Dieu, qui suis le pain. «Celui qui vient à moi n’aura plus jamais faim; celui qui croit en moi n’aura plus jamais soif.» Or celui qui est libéré de la faim et de la soif, de cette dépendance élémentaire, est un homme libre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :