Au coeur de la nuit


Au coeur de la nuit, dans un méchant cabanon, un léger bruit de paille froissée. Et puis, tout à coup, un cri très doux, un vagissement. On entend un peu d’eau couler: le père qui lave le petit. Et puis, c’est tout! Dieu est né chez les hommes. C’est aussi simple que ça. Même s’il s’agit de l’événement le plus fabuleux de l’histoire humaine: l’Incarnation. Que faire, sinon se taire, pour méditer ce mystère des mystères?

Mystère du silence: révélation du Dieu discret

Au coeur de la nuit, sans bruit, comme sur la pointe des pieds, Dieu vient visiter les hommes. Sans déranger.

II y a bien les chants des anges sur la colline voisine, mais, à la crèche, c’est le silence de Marie et de Joseph, contemplant un bébé endormi.

II y a bien la farandole bruyante des santons de Provence, mais ce soir‑là, ils ne sont pas encore arrivés.

Non, ni fanfare, ni feux d’artifices (il faudra attendre 2000 ans pour ça!), ni visites princières, ni défilés.

Non, le silence d’une nuit profonde. Dans les champs, pas un bruit… »

Même si ce silence fait un bruit assourdissant: il crie au monde l’Amour infini de Dieu.

Et Nous? Vivrons‑nous la messe de cette nuit dans le recueillement? Irons-nous quelques instants en adoration devant la crèche, sans rien quémander?… « Chut!:.. ne réveillez pas l’enfant! »

Mettrons‑nous une sourdine tout à l’heure au tapage d’un réveillon légitimement joyeux?

Si nous sommes seuls, manquerons-nous l’occasion de vivre un vrai Noël, semblable au premier, dans un silencieux recueillement?

Mystère du dénuement: révélation du Dieu pauvre

II faudra s’y faire: ce n’est pas comme ça qu’on avait imaginé Dieu!

Le Propriétaire du monde ‘devenu S.D.F!

Le Bébé de Dieu, né comme tant d’enfants de la misère sont nés sur les routes de l’exil ou les baraques de réfugiés!

La « Lumière du monde » invisible dans cette nuit!

Le Créateur du soleil dont les menottes sont toutes froides!

La « Parole de Dieu » qui ne sait dire qu’ arrheu…

C’est vrai: un bébé, c’est pauvre, ça ne donne rien, ça reçoit.

Mais quelle richesse dans cette faiblesse! Un bébé c’est tellement puissant, car ça peut susciter une tonne d’amour.

Et Nous? Aurons‑nous un pincement au coeur en pensant ce soir à la misère des uns et au gaspillage des autres?

N’entendrons‑nous pas surtout l’appel du grand Mendiant d’amour?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.