LE BONHEUR AVEC DIEU


Quelle impression de radicalisme se détache des textes que nous venons d’écouter: avec Dieu, le bonheur; sans lui, le malheur!

MALÉDICTION ET BÉNÉDICTION

Dans la première lecture, Jérémie emploie des mots très forts : « maudit » soit l’homme qui compte sur lui‑même en se détournant du Seigneur, « béni » soit celui qui met sa confiance en Dieu. Le contexte dans lequel ces paroles ont été prononcées permet de mieux comprendre la colère de Jérémie.

Vers le VIe siècle avant Jésus‑Christ, Dieu envoie son prophète annoncer l’invasion babylonienne à un Royaume de Juda qui connaît une période de calme et de relative prospérité. Mais le peuple et les dirigeants sont corrompus dans leur ensemble, parfois même idolâtres, et se sont éloignés du Seigneur. Sûrs d’eux‑mêmes, de la solidité de leurs institutions et de l’inviolabilité de leur Temple, ils concluent des alliances avec des royaumes voisins pour garder leur indépendance. Pourtant l’inéluctable arrivera, avec l’occupation du pays et la déportation d’une partie de ses habitants.

Jérémie y voit l’occasion, pour ceux qui sont fidèles au Seigneur, de parvenir à la réalisation idéale de son Alliance: elle ne passera plus par une hiérarchie médiatrice, mais sera une relation de coeur à coeur entre les hommes et leur Dieu.

LES BÉATITUDES

Quelques siècles plus tard, dans une Palestine maintenant sous domination romaine, une autre voix s’élève, celle de Jésus. Les mots sont plus mesurés, mais le message est tout aussi radical. Les propos de Jésus, en effet, vont à l’encontre de toute logique humaine : le bonheur serait d’être pauvre, affamé, triste, rejeté, insulté, méprisé, le malheur d’être riche, gai, reconnu ! Ne tombons pas dans le piège de cette lecture abusive, qui a pu aller jusqu’à justifier l’injustice et l’exploitation des plus faibles dans ce monde au nom d’un bonheur futur dans l’autre !

Le Christ ne peut pas considérer comme un bien en soi l’écrasement de la personne humaine, lui qui a passé sa vie à remettre debout ceux dont la dignité était bafouée. Mais c’est justement là que se trouve la clé de ces Béatitudes, dans l’amour privi­légié de Dieu pour les petits, les humbles, ceux qui sont dans la peine ou la souffrance, les exclus de la société… Eux, ils ne sont pas trop préoccupés par leur réussite, leur pouvoir, leur richesse matérielle, et ils peuvent accueillir cet amour dans leur coeur. Amour qui leur donnera la force de se mettre « en marche » (autre sens du mot traduit par « heureux »), de prendre leur destin en mains pour arriver à ce bonheur dont parle le Christ.

BIENHEUREUX ET MALHEUREUX À LA FOIS

Aujourd’hui encore, nous ne sommes pas tou­jours très à l’aise avec ces Béatitudes. Ne faisons pas l’erreur de chercher dans quelle catégorie nous sommes : en effet, nous faisons partie, tour à tour, de l’une et de l’autre… sans même qu’il y ait un lien direct avec notre niveau de vie.

« Malheureux », nous le sommes quand nous nous refermons égoïstement sur notre petit confort, refusant d’aller vers les autres, de voir leurs difficultés ou de nous laisser toucher par leurs pro­blèmes. Quand nous utilisons nos savoirs ou nos savoir‑faire pour notre unique profit personnel. Quand nous nous donnons bonne conscience en nous disant qu’après tout, ce que nous possédons, nous l’avons bien gagné par notre travail…

Mais c’est vrai qu’il nous arrive souvent, aussi, d’être de ces « heureux » dont parle Jésus. Quand notre épanouissement personnel entraîne celui de nos proches. Quand nous nous reconnais­sons assez « pauvres » pour nous enrichir des diffé­rences de ceux que nous côtoyons, ou de ceux que nous rencontrons lors de vacances. Quand nous avons faim de justice et que nous luttons pour qu’elle soit rendue, même si cela se fait au détri­ment de nos intérêts personnels. Quand nos enga­gements ou nos prises de positions contre les inéga­lités nous font rejeter par ceux que nous remettons en cause…

En marche, à la suite du Christ, sur les che­mins des hommes, là est la clé du bonheur véritable, la relation de coeur à coeur avec notre Dieu, qui seule comblera toutes nos attentes jusque dans l’éternité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.