II FAISAIT NUIT.


La maison était fer­mée. Les portes verrouillées. La peur avait recroquevillé les dis­ciples sur eux-mêmes. La crucifixion de Jésus, la débandade collective, les remords, la culpabilité sans doute, mar­quaient les cœurs et les esprits. Rien ne semble devoir mettre un terme à cet enfermement, pas même le témoignage de Marie Madeleine. Et voici qu’au cœur de cette détresse résonne un message de paix. Le Cru­cifié vient visiter les siens : la paix soit avec vous- Les cœurs s’emballent. La joie explose. Et pour cause: celui que les disciples avaient abandonné leur a gardé son amitié. Il n’est pas mort, il est vivant. Tout est pardonne. Bien plus ! Le Ressuscité leur donne son Esprit, pour la mission, pour poursuivre son œuvre de réconciliation.

Toute peur, pourtant, n’est pas levée. Les portes restent fermées. Le cœur de
Thomas aussi. Cette histoire d’appa­rition qui lui a été racontée, il entend la vérifier, par peur du ridicule peut-être. Huit jours plus tard, le Christ se manifeste Je nouveau à ses Apôtres : la paix soit avec vous. Thomas recon­naît le Seigneur. Celui-ci lui adresse ,cette béatitude: heureux ceux qui croient sans avoir vu.   |
Nous aussi, nous sommes tenaillés par des angoisses, paralysés par des peurs, nous aussi, nous sommes touchés par le Ressuscité. Il poursuit son œuvre de libération et nous apporte sa paix. Non pas une paix superficielle, mais une paix fondée sur la foi, cet antidote à la
peur.     

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.