« Au bord du lac de Tibériade »


  • Jésus qui prépare le petit-déjeuner ! Ils en ont eu de la chance, ces pêcheurs de Tibériade !
  • Présenté comme cela, oui ! Mais on voit bien que c’est une façon de nous dire que désormais Jésus est présent avec nous par le repas eucharistique.
  • Jésus enfonce un peu le clou, avec Pierre, non ? Lui demander trois fois : « Pierre, m’aimes-tu » ! Comme s’il fallait une triple affirmation pour effacer le triple reniement.
  • Moi, je trouve ça plutôt positif, cette façon d’éclaircir le non-dit : Pierre et Jésus ne s’étaient pas expliqués depuis cette fameuse nuit ! Et il faut bien assurer l’avenir. Là encore, c’est une façon de nous dire comment le Christ se donnera désormais à rencontrer : par son Eglise et par les tâches pastorales.
  • Pierre et Jean, ils font toujours la course ! Pour se rendre au tombeau le matin de Pâques, c’est Jean qui avait couru le plus vite possible. Mais là, Pierre est le plus rapide, en se jetant à l’eau.
  • Oui, ce sont des fougueux. L’Eglise a été confiée à des sportifs !
  • C’est sûr qu’on ne peut pas l’accuser d’immobilisme, du moins à ses débuts…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :