Présent pleinement à notre choix


CET ÉVANGILE nous interpelle sur la qualité de notre relation à Jésus. Ainsi Marthe et Marie nous invitent-elles d’emblée à nous situer. Mais les oppositions sont tou­jours plus subtiles qu’il n’y paraît à pre­mière vue, car c’est entre la bonne et la meilleure part qu’il nous faut choisir; et cela sur fond d’amitié avec Jésus reçu comme hôte.

Alors pourquoi la part de Marie est-elle qualifiée de meilleure ? Toute une tradition d’interprétation qui remonte aux Pères de l’Eglise a vu en elle la figure de la vie contemplative par opposition à une vie de service ou d’engagement dans les tâches de la cité, ou encore la figure de notre condition future par opposition à l’existence d’ici-bas. Mais n’est-ce pas disqualifier trop systémati­quement ce que nous avons à vivre aujourd’hui, entre autres le service à la suite de Jésus serviteur ? D’ailleurs, n’est-ce pas plutôt l’attitude que le choix de Marthe qui est en cause, à savoir se laisser tirailler, n’être pas pleinement présente à son choix mais « engluée » dans un comparatif stérile qui ne respecte pas la différence de sa sœur? Peut-être aussi n’a-t-elle pas su reconnaître le temps où Jésus la visitait et, par là, donner la priorité à l’être sur le faire, à l’écoute sur l’efficacité ?

Invitation donc pour chacun de nous à sortir des attitudes programmées par les obligations sociales, familiales ou autres pour, en liberté, savoir discerner quand nous poser aux pieds de Jésus pour l’écouter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.