La simplicité de Marie


« Le Temple qui est dans le ciel s’ouvrit. »

Cette vision répond au chant de Marie.

Le ciel ouvert est à l’aplomb de la terre. Le mot « humble » ne dérive-t-il pas du mot « humus » ?  Ce qui s’achève en assomption commence par une « descente » de Dieu qui « s’est penché sur son humble servante ». Pour que Marie soit élevée dans le ciel, pour que le ciel s’ouvre, il a fallu que Dieu « se penche » vers notre terre. Ainsi est-il avec nous, le Prince de la vie, le fils enfanté pour un combat, et enfanté pour répandre le bonheur : « Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne à moi ? », s’écrie Elisabeth.

Quant à l’Eglise, il ne lui suffit pas de dire « Marie ! Marie ! »

Il lui faut entrer dans la dynamique de simplicité de Marie. Et pour cela, elle se doit d’être une Eglise « pauvre et servante ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.