Seigneur, pour te suivre…


Seigneur, pour te suivre,

j’ai pris le maximum de bagages.

Tout ce que mes bras pouvaient garder,

je l’ai pris.

Mais à vouloir ménager la chèvre et le chou,

à vouloir te suivre sans que ma vie en soit trop changée,

je sens bien que je ne te suis qu’à moitié.

Comme un disciple du dimanche,

un témoin douteux,

qui te ferait honte, confit dans sa tiédeur.

                        Il faudra bien que mes bagages,

                        je les laisse sur le bas-côté

                        pour avoir le coeur et les mains libres.

Il faudra bien que tu deviennes, sans regrets,

mon unique, mon « préféré ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.