Maman


Du soir au matin, du matin au soir, Dieu travaillait sans relâche, depuis six jours à créer la maman. Lui apparut alors un ange qui lui dit : « Vous en mettez du temps pour cette créature-là ! » Le bon Dieu lui répondit: « As-tu seulement lu sa fiche technique ? Il faut qu’elle soit entièrement lavable sans être de plastique ; elle est composée de mille pièces mobiles et toutes remplaçables ; elle roule au café noir et aux restants de cuisine ; elle marie la douceur du roulement à la solidité de la carrosserie. Ses baisers guérissent tout, depuis les entorses aux chevilles, jusqu’aux chagrins d’amour. Il lui faut aussi six paires de mains. » L’ange hocha la tête : « Six paires de mains ? Impossible ! » « Ce ne sont pas tellement les mains qui m’embarrassent, explique le bon Dieu, mais les trois paires d’yeux indispensables à toute maman. » « Ce n’est pas trop conforme au modèle », riposta l’ange.  En soupirant, le bon Dieu continue : « Il lui faut une paire d’yeux qui voient à travers les portes fermées : Qu’est-ce que vous faites là, les enfants ? Tout en connaissant la réponse. Une autre paire d’yeux derrière la tête pour voir ce qu’elle ne devrait pas voir, mais qu’elle doit savoir. Et une troisième paire par-devant pour regarder l’enfant qui fait une bêtise, des yeux qui disent quand même : Je t’aime et je te comprends… Et sans ouvrir la bouche. » « Seigneur, dit l’ange, en lui tapotant l’épaule, allez-vous coucher, il se fait tard. À chaque jour suffit sa peine. » « Je ne peux pas, répond le bon Dieu, je sens que je touche au but ; je suis sur le point de créer un être véritablement à mon image, un être qui me ressemble. J’ai enfin réussi à rendre cette créature capable de se guérir toute seule quand elle est malade, de préparer un repas pour six personnes avec une livre de viande hachée, de faire prendre un bain à son grand garçon de neuf ans, de consoler le premier chagrin d’amour de sa grande de quinze ans. » L’ange continue l’inspection de la future maman : « Trop délicate », murmure-t-il. « Oui, mais combien résistante, réplique le bon Dieu. C’est incroyable tout ce que cette créature peut faire et supporter ! » « Elle peut penser ? demande l’ange. Non seulement penser, mais encore aimer et apaiser. » L’ange continue l’examen, passe son doigt sur la joue et fait remarquer : « Oh ! Il y a une fuite. » « Ce n’est pas une fuite, dit le bon Dieu, c’est une larme. »  « Une larme de quoi ? » demande l’ange. « Une larme de joie, de tendresse, de déception, de tristesse, de sollicitude ou encore de fierté, » répondit le bon Dieu. « Ce sera sûrement le chef-d’œuvre de toute la création », conclut l’ange. « De fait, ajoute le bon Dieu, j’en suis si fier que j’en prépare une pour mon propre fils. Je l’appellerai Marie. »Erma Hombeck

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :