Chronique d’Hyon (Nov-Dec)


CLOCHER SAINT- MARTIN                HYON Nouvelle chronique   Numéro 26 :                                           novembre – décembre  2020

        

LE MOT DE L’ABBE PASCAL

Dû au covid-19, nous n’avons pu célébrer la fête de Pâques (sommet et centre de notre foi) …. En ce premier novembre la fête de la Toussaint est comme un écho à la grande fête de Pâques. C’est la fête de tous les saints, que ceux-ci figurent dans le calendrier liturgique ou non. L’Eglise ce jour-là fête de manière particulière les saints qui ont émaillé et enrichi son histoire et son chemin sur la terre. C’est aussi l’occasion de se rappeler que tous les hommes sont appelés à la sainteté et que ce chemin n’est pas réservé à une certaine élite.  Prier les saints c’est dire combien la mort n’est pas un point final mais elle est un passage… c’est la Pâque de l’Homme. Tous nous sommes appelés à la sainteté ! Être saint cela ne veut pas dire que nous ne vivons plus le péché, mais que jour après jour, avec la grâce de l’Esprit Saint, nous essayons de conformer notre vie de plus en plus à l’Evangile. N’oublions pas que nous sommes Homme et donc faible…sinon nous serions Dieu ! Et dès lors le péché commis ne doit pas être un obstacle mais une prise de conscience que nous avons encore à nous convertir. Dans le sacrement de réconciliation Dieu ne cesse de nous dire qu’il croit en nous, que nous sommes capable d’Amour… et il nous y aide en nous offrant la force de l’Esprit. A Pâques nous sommes appelés à Ressusciter et déjà aujourd’hui dans notre vie de tous les jours en vivant en tant que Ressuscité, c’est-à-dire en vivant de l’Evangile… à la Toussaint nous sommes appelés à la Sainteté c’est à dire en vivant de l’Evangile au coeur de nos vies. 

Le lendemain, le deux novembre, c’est le jour de la mémoire des défunts. Le sens profond de cette fête nous indique le lien profond qui se vit entre les vivants et les « morts ». En effet, avec notre foi en la Résurrection, nous pouvons intercéder auprès du Père afin que nos défunts puissent vivre pleinement en communion avec Dieu. Et de nouveau, cette mémoire est l’expression de notre foi en la Résurrection, marqué du sceau de l’espérance.

Dans le fond, ces1er et 2 novembre, nous chantons comme chaque dimanche et comme au dimanche de Pâques : « Alléluia, Christ est Ressuscité Alléluia ! Avec lui nous Ressusciterons Alléluia ! »  Bonne fête de tous les Saints !


TEXTES A MEDITER

Ne nous décourageons pas !

Les temps qui courent sont sombres… avant tout on approche de l’hiver, et avec l’automne, refont surface les dépressions, le sentiment de fatigue, l’impression d’être épuisé et le moral s’en fait sentir ! Cette année c’est d’autant plus fort avec la crise sanitaire qui s’est invitée chez nous et ne semble pas vouloir nous laisser tranquille !                                                                                                                                 Il y a de quoi être découragé par la situation sanitaire comme économique (fermeture des restos et cafés, pertes d’emplois, faillites, …)                                               On en vient même à oublier le positif qui pourtant existe. Les nombreux gestes de solidarité envers les personnes en difficultés, le dévouement du personnel médical, le travail de toutes ces personnes qui veillent à la propreté depuis les éboueurs, en passant par l’ouvrier communal qui ramasse nos déchets, le personnel d’entretien dans les hôpitaux ou autres bâtiments, et n’oubliant pas tous ceux et celles qui ne cessent de travailler pour notre bien et notre confort…                                                      C’est avec tout cela que j’arrive auprès de Notre Père… et comme en écho à ma prière, j’entends :  « ne te décourage pas ! ».                                                                        Oui ma foi au Dieu de Jésus-Christ me fait dire qu’aux heures des plus sombres de la vie, n’oublie pas le cœur de ta foi ! Il n’y a pas de Vendredi Saint sans Dimanche de Pâques ! Là se trouve mon espérance.                                                                          Alors, dans tout ce que nous sommes appelés à vivre dans ces temps difficiles, soyons des femmes et des hommes d’espérance ! Soyons des hommes et des femmes solidaires mettant tout en œuvre pour notre bien et celui des autres !

« Il n’y a pas de Vendredi Saint sans Dimanche de Pâques »

L’abbé Pascal.

Sans titre …

Être immergé dans la lignée des hommes, des femmes, des enfants qui, au long des siècles, par toute la terre, ont marché, travaillé, souffert, donné, aimé …

Ils viennent de la grande épreuve.

Leurs mains ont creusé, défriché, sculpté, lavé, cousu, caressé, pianoté sur un clavier. Elles ont été lien d’amitié et de tendresse.

Ils viennent de la grande épreuve.

Leurs routes ont été jalonnées de grandeur ou d’humilité, de certitudes ou de doutes, de pauvreté ou de richesse, de misères ou de gloire. Ils ont été éprouvés comme l’or au creuset, dans leur corps et dans leur âme.

Ils viennent de la grande épreuve.

Toi, Jésus de Nazareth, tu as mis tes pas dans leurs pas. Tu as épousé notre humanité

Tu viens de la grande épreuve.

Bienheureux, vous les saints de tous les jours, connus ou inconnus, et vous, nos êtres chers qui nous précédez dans la lumière avec Jésus notre frère, Christ ressuscité !

Bienheureux vous tous qui venez de la grande épreuve.

Alberte DELISLE

Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu

Cette 7e béatitude, comme les autres d’ailleurs comporte 3 éléments.

« Heureux »

 Le premier élément qui est récurent dans toutes les béatitudes est un terme capital dans le discours sur la montagne du Christ. A une époque où l’état juif vivait sous l’occupation romaine avec tout ce que cela peut supposer. A une époque où il n’y avait pas d’allocations sociales (allocations de chômage, mutualités pour le remboursement des soins de santé, pensions de retraite, allocations familiales etc.) la pauvreté d’une partie importante de la population était très grande et les famines n’étaient pas rares. Certaines catégories de la population (les personnes âgées, les veuves et les orphelins, les malades…) vivaient ou plutôt essayaient de survivre dans une misère noire et voici que le Christ vient leur parler de bonheur : « heureux ». Mais pour lui le bonheur n’est pas une question de richesse, de possession, de confort, bref de biens matériels. Pour le Christ, ce qui compte c’est la richesse du cœur et de l’esprit. Cette richesse vous rendra heureux, c’est-à-dire que vous obtiendrez satisfaction, joie, plénitude et bonheur, ce à quoi tout homme et toute femme aspire si vous agissez dans le sens de la béatitude.

« Les artisans de paix »

Un artisan au sens figuré du terme est une personne qui travaille, qui s’engage, qui donne son temps et son énergie pour une cause qu’il considère juste, utile et bénéfique. Ici, la cause, c’est la paix. Vaste programme s’il en est dans un monde où l’on rencontre des conflits à tous les niveaux international, national, régional, local et même familial. Conflits violents et destructeurs comme les guerres et leurs millions de morts, de blessés, de disparus, de prisonniers, de réfugiés qui n’épargnent ni hommes, ni femmes, ni enfants. Nous en sommes hélas les témoins tous les jours. Conflits plus larvés ou plus sournois provoqués par la calomnie, la médisance, le harcèlement et j’en passe. Contre ce déferlement de mort, de haine, de méchanceté se dressent les artisans de paix qui inlassablement travaillent à apporter plus d’attention, de respect et en fin de compte d’amour vis-vis à de ce fléau mondial. Dieu sait qu’ils ont fort à faire. Ils savent que leur implication en faveur de ce qui constitue un des seuls biens véritables sera permanente et sans fin. Œuvrer pour la paix dans le monde actuel, n’est-ce pas une utopie, une folie ? Et pourtant ils y croient, chacun à leur niveau qu’il soit modeste ou planétaire. Ces hommes et ces femmes, jeunes ou vieux, ne veulent pas accepter cette situation morbide, ce mal qui gangrène l’humanité. Ils sont à contre-courant de ce qui semble être la funeste normalité et pourtant quoi de plus souhaitable, de plus bénéfique que la paix. Pour être artisan de paix, il faut aujourd’hui un courage sans limite, il faut parfois même exposer sa vie pour mener son action afin de pouvoir dire comme saint François « La où est la haine, que je mette l’amour ». Cette prière de saint François est le véritable crédo des artisans de paix.

Dans la liturgie de la messe, il est rappelé que la paix est un don de Dieu. Dans la troisième partie de l’agneau de Dieu, on le dit clairement « Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde, donne-nous la paix. »

Juste avant, le prêtre invite les fidèles à se donner un signe de paix. Ainsi la paix se transmet entre les chrétiens et s’accompagne parfois d’un chant « Donne la paix à ton frère ».

Il en va de même dans le « Gloire à Dieu » dans la première partie de la messe, dont le début reprend le chant des anges à Bethléem « Gloire à Dieu au plus haut de cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime ».

Enfin, n’oublions pas la salutation du Christ après sa résurrection quand il s’adresse à ses apôtres en ces termes « Paix à vous ! » (BJ Luc 24, 36)

On constate donc que la paix, don de Dieu, joue un rôle essentiel dans la vie de l’Église et du monde.  

« Ils seront appelés fils de Dieu »

Les artisans de paix seront appelés fils de Dieu. Par définition, les chrétiens, par le baptême, sont enfants de Dieu, donc fils et filles de Dieu, mais le Christ va plus loin. Tous les artisans de paix sont, à ses yeux, fils de Dieu, chrétiens ou non. Les hommes et femmes de bonne volonté qui oeuvrent à la paix sont donc appelés par le Christ « fils de Dieu ». C’est un élargissement étonnant, une véritable révolution pour les Juifs, le peuple élu de Dieu, qui entend ces paroles. Le Christ est venu bouleverser, renverser la norme en vigueur. Il est perçu par les gardiens de la tradition juive comme un véritable révolutionnaire, un homme dangereux dont il faudra un jour se débarrasser.

Mais pour Dieu, la paix est essentielle, elle fait partie de sa nature même, si l’on peut s’exprimer ainsi. S’opposer à la paix, c’est s’opposer à Dieu, à son amour pour les hommes et les femmes. Quoi alors de plus normal que les artisans de paix soient appelés fils de Dieu puisqu’ils accomplissent la volonté de Dieu dans ce qu’elle a de plus fondamental, car la paix suppose tolérance, acceptation de l’autre tel qu’il est et, en fin de compte, amour du prochain, qu’il soit lointain ou proche de nous, comme par exemple les réfugiés et émigrés dont la Bible dit dans le Lévitique « L’étranger qui réside avec vous sera pour vous comme un compatriote et tu l’aimeras comme toi-même. » (BJ Lév. 19,34).

Une prière :

Aujourd’hui, avec mes frères, mes amis, je reçois mission de crieur public …Car sur la terre humaine qui est sombre, parfois, et abîmée, il faut des étoiles de générosité pour que soit annoncée la tendre présence du Dieu des vivants. Car sur la terre humaine qui est violente, parfois, et orgueilleuse, il faut des étoiles de douceur pour que soit dévoilé le visage du Dieu des vivants dans le petit et l’oublié. Car sur la terre humaine désespérée, parfois, et misérable, il faut des étoiles d’espérance pour que soit entonnée la joie du monde à créer, il faut des étoiles d’évangile pour que la Parole du Fils soit entendue par tous les enfants de la terre en attente.

Anonyme.

PRIÈRE POUR NOTRE TERRE

Dieu tout puissant, qui es présent dans tout l’univers et dans la plus petite de tes créatures, Toi qui entoures de toute ta tendresse tout ce qui existe, Répands sur nous la force de ton amour pour que nous protégions la vie et la beauté. Inonde-nous de paix, pour que nous vivions comme frères et sœurs sans causer de dommage à personne. Ô Dieu des pauvres, aide-nous à secourir les abandonnés et les oubliés de cette terre qui valent tant à tes yeux. Guéris nos vies, pour que nous soyons les protecteurs du monde et non des prédateurs, Pour que nous semions la beauté et non la pollution ni la destruction. Touche les cœurs de ceux qui cherchent seulement des profits aux dépens de la terre des pauvres. Appends-nous à découvrir la valeur de chaque chose, à contempler, émerveillés, à reconnaître que nous sommes profondément unis à toutes les créatures sur notre chemin vers ta lumière infinie. Merci parce que tu es avec nous tous les jours. Soutiens-nous, nous t’en prions, dans la lutte pour la justice, l’amour et la paix.

Pape François, Laudato Si’

Prier le Notre Père autrement :

Notre Père…Notre Père, je ne puis te nommer ainsi, Si je ne vois pas tous les hommes comme des frères. Je ne puis te dire « Qui es aux cieux » si ce qui me préoccupe ce sont les biens de la terre. Je ne puis te dire ; « Que ton nom soit sanctifié » si ma vie est une fausse image du Christ. Je ne puis te dire : « Que ton règne vienne » si je me situe toujours du côté des puissants. Je ne puis te dire : « Que ta volonté soit faite » si je divinise ma volonté et que seul importe ce que je veux. Je ne puis te dire : « Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour » si je ne suis pas capable de partager mon pain avec les plus nécessiteux. Je ne puis te dire : « Pardonne-nous nos offenses » si ma vie est une permanente offense à la justice et à la charité et que mon cœur ne sait pas pardonner. Je ne puis te dire : « Ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du mal » si je ferme les yeux à la main tendue de tous les oubliés et perdus. Je ne puis te dire : « Amen » si je ne m’engage pas activement à l’extension de ton Règne ici et maintenant.                                             D’après Columba de Jesus Estrada Charles Delhez et Olivier Cravatte, « Prières glanées », 2000. Fidé-lité, pp.33-34

Texte de réflexion pour le temps de l’Avent.

PRÊTEZ NOS VOIX AUX CAUSES DES PAUVRES

« Pour l’Église, l’option pour les pauvres est une catégorie théologique avant d’être culturelle, sociologique, politique ou philosophique. Dieu leur accorde ’’sa première miséricorde’’. Cette préférence divine a des conséquences dans la vie de foi de tous les chrétiens, appelés à avoir ’’les mêmes sentiments qui sont dans le Christ Jésus’’ (Ph 2, 5). Inspirée par elle, l’Église a fait une option pour les pauvres, entendue comme une ’’forme spéciale de priorité dans la pratique de la charité chrétienne dont témoigne toute la tradition de l’Église’’. Cette option – enseignait Benoît XVI – ’’est implicite dans la foi christologique en ce Dieu qui s’est fait pauvre pour nous, pour nous enrichir de sa pauvreté’’. Pour cette raison, je désire une Église pauvre pour les pauvres. Ils ont beaucoup à nous enseigner. En plus de participer au sensus fidei, par leurs propres souffrances ils connaissent le Christ souffrant. Il est nécessaire que tous nous nous laissions évangéliser par eux. La nouvelle évangélisation est une invitation à reconnaître la force salvifique de leurs existences, et à les mettre au centre du cheminement de l’Église. Nous sommes appelés à découvrir le Christ en eux, à prêter notre voix à leurs causes, mais aussi à être leurs amis, à les écouter, à les comprendre et à accueillir la mystérieuse sagesse que Dieu veut nous communiquer à travers eux ».

Pape François, Exhortation apostolique Evangelii Guadium, 24 novembre 2013, §198

Le grand changement, ce n’est pas le masque

mais la pauvreté qui augmente. Pas de sécurité sans solidarité.

En précipitant les ménages précaires dans la pauvreté et en détériorant encore davantage les conditions de vie des personnes les plus fragiles, la pandémie de Covid-19 aura exacerbé les nombreuses inégalités à l’œuvre dans nos sociétés. Le temps de l’Avent fait entendre l’appel à préparer le chemin du Seigneur. Il est le temps privilégié pour prier, dénoncer et agir pour une société plus solidaire en Wallonie et à Bruxelles. Un temps de l’Avent que nous vivons cette année masqués et durant lequel Action Vivre Ensemble appelle à une solidarité plus importante que d’ordinaire pour endiguer la pandémie de la pauvreté

La crise sanitaire a aggravé les injustices que subissent les personnes déjà vulnérables et précarisées. Elle aura aussi précipité les personnes fragiles, mais se tenant jusqu’ici au-dessus du seuil de pauvreté, dans l’insécurité. En juillet, on estimait que près de 200 000 nouvelles personnes seraient venues grossir les rangs des bénéficiaires de l’aide alimentaire. Avant la crise, 450 000 personnes y avaient déjà recours. Cette crise nous aura rappelé aussi à tous le rôle protecteur essentiel que joue notre système de sécurité sociale, qui consiste à offrir une sécurité d’existence à chacun, chacune selon un vaste système de solidarité organisé entre les citoyens par l’État belge, les Communautés et Régions.

Un système de protection sociale efficace qu’Action Vivre Ensemble appelle à renforcer et qui pourrait grandement contribuer à résorber les inégalités qui fracturent nos sociétés, à rendre notre collectivité plus fraternelle et à assurer, véritablement, la sécurité de chacun et chacune face aux crises, et aux nombreux aléas de nos vies.

Il est clair aussi, désormais, que cette pandémie se greffe sur une série de failles qui n’ont fait que s’élargir au cours des dernières décennies et qui menacent aujourd’hui notre sécurité à tous. Qu’il s’agisse d’économie, de lien social, de droits humains ou encore d’écologie, partout, la question de l’avenir se pose. Et pour le préparer, l’Évangile nous invite à prendre garde, à rester éveillés et à nous appliquer au travail que le Seigneur a fixé à chacun de nous (Mc 13, 33-34).

Notre sécurité collective passe, entre autres, par une protection sociale consolidée, par une répartition plus équitable des richesses, par le respect des droits fondamentaux, par un environnement sain, par des perspectives d’avenir porteuses d’espoir, par des institutions démocratiques et participatives, ou encore par des liens sociaux de qualité.

Nous avons pu constater ces derniers mois combien notre sécurité dépendait des autres. Mais ces liens vont bien au-delà : nous sommes fondamentalement reliés les uns aux autres et, ensemble, reliés à notre terre. Construire une société de justice sociale et écologique ne pourra se faire sans collectif, sans partage et sans entraide.

C’est pourquoi, en s’engageant avec les personnes laissées pour compte, les associations soutenues par Action Vivre Ensemble œuvrent pour l’avenir de tous.

Dans sa pauvreté, Jésus s’est fait proche des pauvres de ce monde. L’Avent est le temps où l’on se prépare à célébrer sa naissance, le temps où nous redécouvronsce que sa venue change dans nos vies pour mieux lui faire une place. Mettons-nous en route ensemble et aux côtés des acteurs associatifs, des personnes démunies, sur le chemin de la solidarité.

SOUTENIR :

La collecte du troisième dimanche d’Avent (12 et 13 décembre) est dédiée à Action Vivre Ensemble. Toutes les associations soutenues pendant l’Avent sont des lieux où chaque personne pauvre retrouve des conditions de vie digne.

Un virement : BE91 7327 7777 7676 (communication : 6590)

Un clic : avent2020.vivre-ensemble.be

Attestation fiscale envoyée pour tout don de 40 € et plus. Réduction fiscale exceptionnelle de 60% accordée par le gouvernement cette année. Merci pour votre solidarité.

Pour aller plus loin

Disponibles sur www.vivre-ensemble.be :

Pistes d’Avent solidaire

Contes de l’Avent

Dossier La sécurité dans tous ses états

Bande dessinée L’étrange invitation

SOLIDARITE :

Le protocole imposé dans nos églises pendant la pandémie ne permettra pas de vendre les produits du CNCD pour l’opération 11 11 11, du 5 au 15 novembre 2020.

Mais cet organisme soutient de nombreux projets dans le monde. Soutenons-le en faisant un don au n° BE33 0001 7032 6946 du CNCD 11 11 11 Boulevard Léopold II, 184 D, 1080 Bruxelles.

Soyons solidaires avec le Bivouac à Tertre. C’est une institution qui accueille des enfants séparés de leur famille incapable de leur dispenser une éducation correcte. Des bénévoles viennent chaque année vendre des oranges et mandarines. Suite aux mesures sanitaires, ils ne pourront pas venir cette année et pourtant le Bivouac a bien besoin de cet argent !                                                                  Pour la paroisse d’Hyon, nous proposons un achat groupé !                                         Les oranges ou clémentines :  3 euros le kilo.                                                                  Si vous êtes intéressés, vous payez la somme correspondant à l’achat que vous souhaitez, avant le 5 novembre 2020.

Numéro de compte : BE34 7775 9987 8590 de la paroisse d’Hyon.

En communication vous indiquez le nombre de kilos d’oranges ou clémentines désirés.                                                                                                                               Nous nous chargeons de la suite. Vous serez avertis de l’arrivée de votre colis après le 20 novembre. Merci de votre générosité,                                                                             Des responsables paroissiaux.

Amnesty groupe 27 de Mons ne pourra pas venir début décembre pour vendre les bougies … Nous pouvons aussi faire un don au n° BE69 0682 2207 6978 de Amnesty groupe 27 – Mons.

Merci pour votre solidarité !

A VOTRE SERVICE :                                                                                                                Secrétariat paroissial d’Hyon : Nicole Leclère  avenue Lemiez, 29, 7022 Hyon.                                                                          téléphone : 065/31 13 86                                                                                                                  email : nicolyvon.leclere@belgacom.net                                                                                                                                                                                Curé de la paroisse : André Minet, curé doyen                                                                             rue du Chapitre, 3, 7000 Mons.                                                                                                      Secrétariat décanal :                                                                                                                      téléphone : 065/84 46 94     paroissestewaudru@skynet.be                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Sacristine : Claudine Gobert-Willette                                                                                          téléphone : 065/31 75 69                                                                                                                    

Les prêtres et diacres de notre unité pastorale                                                                                              Le doyen A.  Minet, rue du Chapitre, 3, Mons                       065/84 46 94                                                      andré.minet@skynet.be                                                                                                                      L’abbé J.-M. Moreau, Grand-Place,31, Ghlin                        065/33 55 32                                jeanmarie.moreau@hotmail.be                                                                                               L’abbé P. Kungi, rue des Groseilliers, 5, Mons                     0493/37 39 96                kungipierre@yahoo.fr                                                                                                                            Le Frère R. Pistrin, rue de Bertaimont, 39, Mons                  0478/21 92 54                                       remo.pistrin@scarlet.be                                                                                                                      L’abbé J. Pululu, rue des Groseilliers, 5, Mons                     0465/39 86 29                                     pululujerome@yahoo.fr                                                                                                                                                                                                                                            L’abbé P. Saintenois, place d’Hyon, 4 bis, Hyon                   065/ 98 18 49              saintenoispascal@gmail.com                                                                                              L’abbé F. De Lange, rue Lamir, 5, Bte 2,  Mons                   0475/36 30 60    fernand.delange@skynet.be                                                                                                         

Jean Lahoussé-diacre              jeanlahousse@hotmail.com                                                              Jean Baele-diacre                    baele_jean@hotmail.fr                                                                    Philippe Fortemps-diacre        philippe.fortemps@hotmail.com 

Célébrations dans la paroisse de Mons jusqu’au moment où il n’y aura plus de limites à la présence de paroissiens dans nos églises :

Le samedi 18h :  Saint-Nicolas et Hyon

Le dimanche                                                                                                                                                                                               8h :     Notre-Dame de Messines                                                                                                                                                                                                                 9 h30 : Notre-Dame de Messines                                                                                                                                                                                                                    9 h30 : Ghlin                                                                                                                                                                 9 h30 : Hyon                                                                                                                                                                  11 h :   Sainte-Waudru 

Sacrements : Les demandes de baptême se font directement au secrétariat du Clocher dans lequel le baptême sera célébré, si possible trois mois avant la date souhaitée pour la célébration.                                                                                                                              

Mariage : six mois avant la date du mariage, il est obligatoire de                                                 – prendre contact avec le secrétariat d’Hyon pour les questions pratiques (065/31.13.86  nicolyvon.leclere@belgacom.net)                                                                                                – ensuite, prendre contact avec le secrétariat décanal (065/84.46.94) pour la constitution du dossier et la rencontre avec le prêtre célébrant                                                                                    – participer à une séance du Centre de Préparation au Mariage (C.P.M.)

Si vous désirez recevoir le Sacrement de Réconciliation                                                            

le samedi en l’église Notre-Dame de Messines de 17h à 18h                                                         – le samedi en la collégiale Sainte-Waudru de 15h30 à 16h30Pour recevoir le Sacrement des malades, contactez un prêtre de l’unité (liste page 9)

INFORMATION  UTILE : A partir de la Toussaint notre église d’Hyon sera ouverte tous les jours :                                                                                                         Du lundi au vendredi de 10h à 17h.                                                                                                Le samedi de 10h à 19h.                                                                                                                    Le dimanche de 9h à 17h

A NOS AGENDAS 

HORAIRE DES CELEBRATIONS DE LA TOUSSAINT 2020 A HYON

SAMEDI  31 OCTOBRE : MESSE à 18 h avec lecture des noms des défunts des clochers de Mons pendant le confinement.

DIMANCHE 1er NOVEMBRE : MESSE à 9h30 avec lecture des noms des défunts des clochers de Mons pendant le confinement.

DIMANCHE 1er NOVEMBRE : VEPRES à 17h30 avec recommandation des défunts.

LUNDI 2 NOVEMBRE : CELEBRATION à 18h :  prière pour les défunts de l’année et REMISE DES CROIX AUX FAMILLES.

COMMEMORATION à HYON : 10 novembre à 10h 45 : hommage sera rendu aux victimes des deux guerres au monument, place Jean-Claude Carpentier (anciennement Place de la Chapelle). Cela en présence des autorités communales.

En raison de la prolongation des vacances de Toussaint, les enfants des deux écoles ne seront pas là …

Vous êtes tous très cordialement invités à nous rejoindre pour l’occasion.

Cette année, plus que jamais, il est bon de se montrer solidaires.

N’oubliez pas votre masque !

NOËL à Hyon :                                                                                                                   Jeudi 24 décembre à 18h : veillée avec projection d’un conte et messe de Noël Vendredi 25 décembre à 9h30 : messe de Noël avec projection d’un conte.

HISTOIRE DE NOTRE EGLISE

Anniversaire : 1970-2020 !

Voilà 50 ans qu’a été inauguré et consacré le maître-autel de l’église restaurée.

Le samedi 14 novembre 1970 à 14H00, réception par les Autorités civiles à la maison communale. Le bourgmestre de l’époque Monsieur A. Lallemand entouré des membres du conseil communal ont accueilli Mgr Samain évêque auxiliaire de Tournai accompagné de Mr le chanoine Graux, secrétaire et maître des cérémonies de l’évêché. Parmi l’assistance les membres de la Fabrique d’église : MM. Fourneaux  (président),  Vandewalle, Pierson, Guillin et Boulengier.

Photo è Les membres de la Fabrique d’église avec Mgr Samain, le chanoine Graux et Mr. A. Lallemand

Etaient présents également M. le chanoine Lobet, doyen de Ste-Waudru, M. le chanoine Molord, les abbés Erculisse, François, Poivre, Van Herck et des représentant du monde associatif d’Hyon.

Il fallait fêter les importants travaux réalisés à l’église. Ci-dessous une photo avant les travaux, on découvre les statues placées sur les colonnes, la chaire de vérité qui seront enlevées.

A l’issue de cette cérémonie protocolaire, les assistants à la réception et d’innombrables autres personnes regagnèrent l’église rénovée pour la célébration religieuse.

Outre l’aménagement du presbytère, on notera le renouvellement de l’installation d’éclairage et du chauffage, les travaux de peinture et l’adaptation de l’église conformément au renouveau liturgique préconisé par le concile de Vatican II (1962-1965)

Les fonts baptismaux installés dans le petit local situé à gauche de l’entrée de l’église furent déplacés dans la chapelle de droite où se trouve actuellement la statue de saint Martin.

L’autel qui était installé contre le mur du chevet (le prêtre célébrait tournant le dos à l’assemblée) est avancé pour conférer une meilleure visibilité lors des offices. Le prêtre sera plus proche des fidèles et lui fera face.

 La réalisation du nouvel autel posa quelques problèmes, mais sous l’insistance de l’abbé Pineur curé d’Hyon les travaux furent achevés pour la célébration de la messe de prémices de l’abbé Michel Van Herck.

M. le chanoine Graux ordonne le fastueux déroulement de la consécration du nouvel autel.

Mgr Samain lave l’autel, l’asperge, l’oint et le baptise. En procession avec les concélébrants et les fabriciens, il va chercher au fond de l’église les saintes reliques d’Albert de Louvain et de Maria Goretti qui seront scellées dans le milieu de la table d’autel. Après avoir béni cet autel, il l’encense et le remet au culte.

La messe dominicale est alors exécutée en grande pompe !

La chorale inter paroissiale dirigée par Mme Leroy d’Asquillies y contribue par ses musiques et chants modernes. Ce fut une magnifique cérémonie religieuse qui restera gravée dans le cœur de tous ceux et celles qui ont eu le bonheur d’y assister. Ces évènements exceptionnels et les offices liturgiques qui en découlent ont ravivé, revivifié l’attachement des Hyonnais à leur chère église St-Martin.

HISTOIRE DE NOTRE EGLISE : Retable de la Vierge Notre-Dame du Frêne

Le mur du fond du bas-côté gauche est orné du retable de la Vierge Notre-Dame du Frêne dont la petite statue date de la fin du XIVe, début du XVe siècle. L’endroit constitue en fait la chapelle mariale de l’église. Le retable comprend trois parties.

La partie centrale est l’arbre généalogique de la Vierge. Normalement, un arbre généalogique classique se présente du haut vers le bas. Il descend. C’est probablement pour cela que les noms des personnes situés en-dessous de ceux de la génération précédente s’appellent les descendants. C’est le modèle suivi dans l’évangile de saint Mathieu (1, 1-17)

Mais l’arbre généalogique de Marie ou de son fils Jésus se présente aussi autrement dans les vitraux et retables. Il monte. C’est le modèle suivi dans l’évangile de saint Luc (3, 24-38) et celui du retable de notre église.                                                                 Tout d’abord sa forme. C’est un vrai arbre avec un tronc, des branches et des feuilles et non pas des lignes horizontales et verticales.

L’arbre généalogique de Marie est appelé « arbre de Jessé » qui est le père de David. L’arbre prend racine dans la poitrine, dans le cœur de Jessé. Au sommet de ses branches est représenté, par la force des choses, un petit nombre de ses descendants, c’est-à-dire 12, chiffre symbolique dans la bible et dans le christianisme, alors que Mathieu en compte 42 en remontant jusqu’Abraham et Luc plus de 70 en remontant jusqu’Adam. En bas à droite figure certainement le roi David portant une couronne.  D’autres personnages sont également coiffés d’une couronne mais il y a aussi un soldat en armure. Ils ont des attributs, des symboles différents : sceptre, bouclier, etc. Au sommet de cet arbre se trouve Marie. Nous retrouvons ici la notion de hiérarchie, de position dominante, déjà signalée dans les vitraux du mur du fond du chœur.

L’arbre de Jessé montre clairement que Marie est issue de la lignée de David et donc de descendance royale, tout comme Joseph. Les deux parties latérales du retable représentent quatre moments clés de la vie de Marie. Par ordre chronologique : en haut à gauche, l’annonciation, en haut à droite, la visite de Marie à sa cousine Elisabeth, en bas à gauche, la naissance de Jésus. En bas à droite, le quatrième tableau représente un tombeau recouvert entièrement de roses rouges. Cinq personnages entourent ce tombeau. Ils sont tous pieds nus ce qui signifie que ce sont probablement des apôtres (voir aussi à ce propos les vitraux).                                             

Trois d’entre eux prient les yeux fermés et les mains jointes devant le tombeau. Un quatrième prie également mais il a la tête levée vers le haut. Le cinquième a les bras en l’air et la tête en arrière regardant le ciel. Il s’agit plus que probablement de la dormition de la Vierge. Ces cinq apôtres sont tous en prière et en méditation devant le tombeau de la dormition de Marie.