Archives de Catégorie: A méditer…

L’agneau de Dieu

  • Jésus c’est un berger ou c’est l’agneau de Dieu ? Elles sont incohérentes, ces appellations, non ?
  • Jésus s’est présenté comme le bon berger, pas comme un agneau. C’est Jean-Baptiste qui, en le voyant venir sa faire baptiser, déclare : « Voici l’Agneau de Dieu »
  • Qu’est-ce qu’il veut dire par là ? Qu’il va être conduit à la mort, comme l’agneau à l’abattoir ?
  • Sans doute pas. Jean-Baptiste ne pouvait pas savoir quelle mort attendait Jésus, en qui il reconnaît le Messie.
  • Alors, pourquoi le désigne-t-il ainsi ?
  • Les traditions juives évoquaient un agneau à qui Dieu ferait pousser des cornes, le transformant en bélier vainqueur. Ainsi devait-il en être du Messie. Mais l’évangéliste s’adresse à des lecteurs chrétiens. Il sait bien que, pour eux, cet agneau peut être rapproché de celui de la Pâque.
  • La Pâque juive, qui est libération ?
  • Oui. C’est donc une appellation pleine d’espérance, qui va convaincre les disciples du Baptiste. Pour nous aussi, aujourd’hui, l’appellation d’ « agneau de Dieu » est chargée de sens : celui de la tradition religieuse, de la culture, de l’art. Ce qui fait que nous la comprenons dans une globalité, sans chercher à la définir précisément. Et sans pour autant que l’expression soit mièvre
  • Cela va quand même mieux en l’expliquant.

Il y avait deux temps…

II y avait deux temps. II y avait deux mondes. Celui de Jean-Baptiste. Né de parents âgés dans un monde qui avait beaucoup trop attendu sans jamais voir venir. Et ce Jean qui baptise, dans une terre trop sèche, n’est même pas le Messie. Et quand on est ainsi usé, las, fatigué, on resserre les rangs. On s’enferme dans des lois que l’on doit respecter et tant pis si elles sont d’un autre âge, dépassées. On s’enferme dans des rites qu’il faut pratiquer, même s’ils n’ont plus de sens : au moins qu’il reste cela. Mais comment pourrait-on naître, vivre et grandir dans un monde aussi vieux.

II y avait deux temps. II y avait deux mondes. Le monde de Jésus, né d’une mère toute jeune, qui court à travers monts pour crier son bonheur. Un Jésus surprenant. Qui passe trente années sans faire parler de lui. Un Jésus qui n’est pas là où on l’attendrait. Qui ne commence pas sa mission dans le temple, ni même dans la ville sainte. Mais bien au bord du lac, au milieu des pêcheurs. Un Jésus qui est là où on ne l’attend pas : au milieu des malades, des lépreux, des exclus ; à la table des pécheurs ; dans une crèche, sur une croix. Mais ce Jésus est-il celui que nous attendons ?

II y avait deux temps. II y avait deux mondes. Heureusement l’ancien monde a fait place au nouveau. Quand Jean-Baptiste a dit : « Je ne le connaissais pas mais l’Esprit est sur lui et il est avant moi. Moi, j’en rends témoignage. » Et depuis ce temps-là, un nouveau monde est né. Une attente nouvelle. Espérance rajeunie. En un monde où l’amour dépasse toute loi. Un monde où l’homme est roi. Où l’exclu reprend place, le pauvre mange à sa faim, l’enfant est le premier, la femme relève la tête, le pécheur est aimé. Ce monde, pourquoi l’attendre et ne pas le construire ?

Avance au large

Toi qui as des mains, tends-les.
Toi qui as un coeur, partage-le.
Toi qui es couché, relève toi.
Toi qui es seul, rejoins les autres.
Toi qui es fatigué, repose-toi.
Toi qui pleures, reprends courage.
Toi qui es écrasé, crie-le.
Toi qui es exclu, refuse-le.
Toi qui es balayé par le vent des hommes, accroche-toi.
Toi qui es perdu au milieu d’une guerre, donne ton amour.
Toi qui as besoin d’amitié, propose-la.
Toi qui fermes les yeux, ouvre-les.
Toi qui ne fais que subir, bats-toi.
Toi qui es replié sur toi, avance au large.
Toi qui es anéantie, reprends vie.
Toi qui n’en peux plus, acceptes un sourire.
Toi qui as de la force, mets-la à disposition.
Vous qui êtes accablés, redressez-vous.
Vous qui recherchez l’espérance, ne désespérez pas.
Vous qui êtes paralysés par la peur, avancez.
Vous qui n’êtes pas écoutés, hurlez.
Vous qui êtes enchaînés, déchaînez-vous. 

Source: Fabienne

Avoir et Être

Loin des vieux livres de grammaire,
Écoutez comment un beau soir,
Ma mère m’enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir.

Parmi mes meilleurs auxiliaires,
Il est deux verbes originaux.
Avoir et Être étaient deux frères
Que j’ai connus dès le berceau.

Bien qu’opposés de caractère,
On pouvait les croire jumeaux,
Tant leur histoire est singulière.
Mais ces deux frères étaient rivaux.

Ce qu’Avoir aurait voulu être
Être voulait toujours l’avoir.
À ne vouloir ni dieu ni maître,
Le verbe Être s’est fait avoir.
Son frère Avoir était en banque
Et faisait un grand numéro,
Alors qu’Être, toujours en manque
Souffrait beaucoup dans son ego.
  
Pendant qu’Être apprenait à lire
Et faisait ses humanités,
De son côté sans rien lui dire
Avoir apprenait à compter.
  
Et il amassait des fortunes
En avoirs, en liquidités,
Pendant qu’Être, un peu dans la lune
S’était laissé déposséder.
 
Avoir était ostentatoire
Lorsqu’il se montrait généreux,
Être en revanche, et c’est notoire,
Est bien souvent présomptueux.
  
Avoir voyage en classe affaires.
Il met tous ses titres à l’abri.
Alors qu’Être est plus débonnaire,
Il ne gardera rien pour lui.
  
Sa richesse est tout intérieure,
Ce sont les choses de l’esprit…
Le verbe Être est tout en pudeur
Et sa noblesse est à ce prix.
 
Un jour à force de chimères
Pour parvenir à un accord,
Entre verbes ça peut se faire,
Ils conjuguèrent leurs efforts.
  
Et pour ne pas perdre la face
Au milieu des mots rassemblés,
Ils se sont répartis les tâches
Pour enfin se réconcilier.
  
Le verbe Avoir a besoin d’Être
Parce qu’être, c’est exister.
Le verbe Être a besoin d’avoirs
Pour enrichir ses bons côtés.
  
Et de palabres interminables
En arguties alambiquées,
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été.

Source: texte d’une chanson  d’Yves Duteil ( sur l’album  » (Fr)agile »)

Dieu dit son amour

Il suffit d’écouter et de regarder les jeunes parents. Ils n’ont pas besoin de mots pour dire que leur bébé est beaucoup plus qu’ils n’imaginaient. Visage d’un amour inscrit dans la durée, incarnation du oui de leur mariage, l’enfant, dès son premier regard et son premier sourire, exprime une vie que ne peuvent expliquer, à elles seules, une rencontre purement physique ou les lois de la biologie.

Même s’ils ne savent pas le dire, les jeunes parents ressentent souvent leur procréation comme un acte plus grand qu’eux, un avant-goût d’absolu. Procréateurs, créateurs avec… Leur associé reste discret; il se nomme, pour ceux qui veulent le connaître, au baptême de l’enfant: c’est le Maître de la vie, c’est le Père, de qui vient toute paternité. Quelques gouttes d’eau le font se révéler, celles que le prêtre verse sur le front de l’enfant. Comme pour Jésus dans le Jourdain, Dieu s’émerveille et dit à l’oreille du baptisé, comme à tous ceux qui sont là: « Tu es mon enfant bien-aimé ». Simplicité des signes, immense tendresse de Dieu, admirable grandeur de la procréation humaine!

Double et unique source de notre fraternité: la vie reçue de nos parents coule d’une même vie, don de Dieu; et la vie venue de Dieu ne se sépare pas de l’amour. En Lui, vivre et aimer, c’est un seul souffle. Il est vie et amour. Quand il regarde les hommes «il ne fait pas de distinction» (cf. deuxième lecture); il ne voit ni la couleur, ni la race, ni l’extérieur; seulement quelqu’un capable d’accueillir cette déclaration: Tu es mon enfant bien-aimé.

Action

Acceptez les circonstances extérieures à vous. 
Acceptez et honorez le passé. 
Acceptez les situations que vous ne pouvez pas changer.
Acceptez et prenez votre responsabilité à propos de ce que vous pouvez changer. 
Autorisez vous à agir pour atteindre vos objectifs. 
Soyez pleinement conscient de votre pouvoir d’action et Agissez !

Choisissez ce qui vous motive, ce que vous aimez. 
Choisissez les images, la musique, les films qui vous inspirent. 
Choisissez les mots qui vous dynamisent et donnent de l’entrain aux autres. 
Choisissez lesémotions positives, la joie, l’enthousiasme, l’amour, les croyances positives qui vous poussent à réussir. 
Choisissez votre comportement, vos pensées, vos façons d’être et de faire, 
et si vous n’obtenez pas ce que vous voulez, adaptez vous, changez de méthode et réessayez.

Tenez bon ! Continuez, persévérez, restez motivé. 
Suivez votre plan et ajustez vos actions en fonction de vos résultats. 
Dépassez votre ego.
Renoncez aux fausses excuses. 
Éliminez la procrastination et les mauvais prétextes de vos attitudes. 
Chassez les pensées négatives de votre esprit. 
Tenez vos promesses. 
Lancez une pandémie d’enthousiasme autour de vous et motivez les autres. 
Amusez-vous, ayez confiance et soyez grand !

Innovez ! Inventez votre futur. 
Imaginez d’autres façons de faire, d’autres façons de vivre. 
Inventez votre bonheur. 
Visualisez précisément ce que vous voulez. 
Transformez chaque instant de votre quotidien en une nouvelle étape vers vos objectifs. 
Investissez en vous même. 
Laissez l’intuition et l’inspiration vous rendrent visite souvent et notez les nouvelles idées.

Observez ce qui se passe autour de vous. 
Intéressez vous aux autres, au monde. 
Faites le lien entre ce que vous observez et vos objectifs.
Investiguez et appréciez ce qui marche bien. 
Découvrez d’autres perspectives, de nouvelles façons de percevoir le monde et d’autres façons d’agir. 
Tendez l’oreille, ouvrez vos yeux et votre coeur. Osez !

Nourrissez votre mental et votre âme sans relâche. 
Chérissez vos émotions et prenez en la maîtrise. 
Développez vos ressources, vos compétences, vos talents. 
Célébrez vos résultats même quand ils vous paraissent petits. 
Cultivez les comme des graines pour votre avenir. 
Nourrissez et faites grandir vos projets. 
Dévoilez vous. 
Partagez vos succès autour de vous. 
Enrichissez vous de nouvelles connaissances, de nourriture spirituelle, 
de nouveaux savoir faire et soutenez les autres pour qu’ils fassent de même.

Source: Anonyme...

A toi qui veux savoir, je dis…..

1 – Que la nourriture que tu manges peut te soigner mais qu’elle est aussi la principale source de tes maladies et que toutes les manipulations que l’on y fait ne fera rien pour arranger ce fait

2 – Que ce n’est pas parce qu’une médication est gratuite qu’il faut que tu la prennes sans t’assurer auparavant qu’elle ne fera pas de toi un client fidèle de ceux qui en font le commerce

3 – Que les principaux terroristes ne sont pas ceux qui posent les bombes mais ceux qui les financent, les fabriquent et les vendent car tant qu’il y aura des armes, il y aura forcément des gens pour les utiliser

4 – Que ceux qui créent les plus grands crimes ne sont pas uniquement ceux qui en ont l’air. Il ne faut pas te laisser éblouir par un masque mais voir au delà des apparences

5 – Que les lois ne seront jamais appliquées tant que ceux qui les décident ne les appliqueront pas eux-mêmes

6 – Que l’histoire du monde couramment enseignée n’est qu’un amalgame d’idées souvent contredites par les faits et les découvertes

7 – Que notre niveau de civilisation actuel a déjà été égalé, et même dépassé dans les temps reculés par des civilisations maintenant disparues

8 – Que le phénomène OVNI n’est pas une histoire de croyance mais de connaissance, et qu’il est, a été, et sera présent dans toutes les cultures et civilisations

9 – Que l’environnement pourrait ne pas être pollué si certains lobbies financiers ne s’y opposaient pas. Des énergies naturelles et gratuites sont depuis longtemps connues mais ignorées pour raison économique.

10 – Que lorsque l’homme brise l’équilibre naturel, la nature brise l’homme

11 – Que les plus grands cataclysmes que l’homme risque de subir seront ceux qu’il créera lui-même

12 – Que le monde se dirige vers une nouvelle ère de paix mais que cela nécessitera de grandes transformations et bouleversements dont il te faudra t’adapter si tu veux survivre

13 – Que les phénomènes « paranormaux » sont tout à fait normaux, compréhensibles et explicables

14 – Que les plus grands communicateurs privilégient l’écoute à la prise de parole car c’est en écoutant que tu apprends

15 – Que tu es responsable du monde dans lequel tu vis et de tout ce qui t’arrive mais qu’il ne faut en aucune manière te sentir coupable si les évènements ne te semblent pas correspondre à tes désirs. 
Tout ce qui t’arrive est toujours la meilleure chose qu’il puisse t’arriver car ses évènements sont toujours là pour t’élever et non pas pour t’abaisser

16 – Que tu ne pourras changer le monde qu’en te changeant toi-même car le monde ne sera toujours que le reflet de toi-même

17 – Que tant que tu n’auras pas découvert l’Amour qui est enfoui en toi, tu seras toujours à la recherche de l’âme sœur

18 – Que le plus grand voyageur n’est pas celui qui fait dix fois le tour du monde mais celui qui fait une seule fois le tour de lui-même

19 – Qu’il faut te laisser guider par les vagues (écouter la voix qui est au fond de toi) mais choisir les vagues que tu prends (agir en parallèle de manière concrète)

20 – Qu’il ne faut pas te complaire dans tes habitudes mais te plaire dans ta complétude car tout t’est donné. Tout est en toi.

21 – Que la volonté de réussir permet de réussir à volonté mais que seules des actions amènent des réactions

22 – Que si tu deviens égoïste ou radin tu perds ta liberté car tu deviens l’esclave de l’argent

23 – Que chacun se voit donner un jour la clef de sa réussite mais qu’il est nécessaire de l’insérer dans la serrure avant que celle-ci ne soit changée

24 – Que personne sur Terre ne peut se dire parfait car rien que le fait de le dire montre qu’il ne l’est pas. Il ne faut en aucune manière te prendre pour Dieu mais être Dieu. 
Si tu comprends la nuance tu as tout compris !

25 – Que le courageux n’est pas celui qui n’a jamais peur mais celui qui agit malgré sa peur

26 – Que si tu réussis à te convaincre que tu réussiras, tu n’auras aucune peine à réussir car le meilleur moyen d’atteindre un objectif est de te convaincre toi-même que tu l’as déjà atteint

27 – Que la connaissance est une source où chacun peut venir s’abreuver

28 – Que la pire des choses à faire est de ne rien faire

29 – Que la vie est belle pour ceux qui savent la contempler

30 – Que tout est dans l’un, tout comme l’un est dans tout et que c’est pour cela que tu devras te fondre dans la totalité pour reconstruire ton unité

31 – Que tu ne dois jamais croire ce que l’on te dit sur parole – même pas ce présent message – mais qu’il te faudra le vérifier par toi-même

32 – Que le fait que tu n’ais pas le temps de faire toi-même tes propres vérifications est voulu afin de te maintenir dans l’ignorance

33 – Que plus tu seras dans l’ignorance, et plus tu seras manipulable et manipulé… 

Toi qui désire savoir, 
apprends a penser par toi-même, 
à comprendre, et à devenir conscient du monde qui t’entoure, 
et c’est en faisant ainsi que tu découvriras le chemin de la liberté.

Source: Extrait de « Initiation : Récit d’un voyage intérieur » de I.M. chez Harmonia Editions...