Archives de Catégorie: cela porte à la réflexion

Simplicité

La simplicité fait appel à l’instinct, à l’intuition et à la lucidité afin de créer des pensées profondes et des sentiments positifs. La simplicité est l’attitude qui incite les êtres à repenser leurs valeurs.

Les racines de la simplicité sont sacrées : cette qualité reflète une personnalité riche en valeurs spirituelles, qui transparaissent dans l’attitude, les paroles, l’activité et le style de vie de celui qui l’exerce. La simplicité est belle. Comme la lune, elle prodigue une fraîcheur, qui contraste avec l’éclat du soleil. La simplicité est naturelle. Elle peut sembler ordinaire et sans attrait à ceux qui côtoient la superficialité. Néanmoins, un éclair de simplicité suffit à ceux qui sont doués de l’intuition raffinée de l’artiste pour pouvoir reconnaître le chef d’oeuvre.

Une vie simple, des pensées élevées

La simplicité combine naturellement et sincèrement douceur et sagesse, avec un esprit sans complication. Ceux qui incarnent la simplicité sont libérés des pensées compliquées, superflues et épuisantes. L’intellect est vif et alerte. La simplicité fait appel à l’instinct, à l’intuition et à une grande lucidité pour créer des pensées profondes et des sentiments positifs. La simplicité ignore l’ego, car celui qui personnifie cette vertu a renoncé à la possessivité et s’est libéré des désirs matériels qui obstruent l’intellect et le font errer dans des terres stériles. Etre libéré de tout désir ne signifie pas ne rien avoir. Au contraire, la simplicité s’accompagne de nombreuses richesses, comme le contentement intérieur. Ceci transparaît sur le visage – innocent, ignorant la confusion, la faiblesse et la colère – et dans le comportement – élégant et royal, et pourtant si simple. La simplicité, c’est être à la fois l’enfant innocent et le maître avisé qui a des pensées élevées et mène une vie simple.

Ceux qui vivent dans la simplicité apprécient généralement un contact étroit avec la nature. Leur éthique découle de traditions ancestrales, elles-mêmes réglées au rythme des lois de la nature. Se lever à l’aube et se coucher au crépuscule, deviner l’heure à la position du soleil et déterminer les dates des fêtes sacrées d’après la position de la lune. Les herbes deviennent leurs médicaments les plus sains, le jardin derrière la maison leur tient lieu de marché, la lune et les étoiles sont leurs lumières naturelles; la nature est leur lieu d’étude. Cela ne signifie pas qu’il faille nécessairement adopter un tel style de vie. Néanmoins, la nature est riche en enseignements et la simplicité ne s’embarrasse pas de gaspillage. Dès lors, toutes les ressources – le temps, les pensées, les idées, les connaissances, l’argent et les matières premières – sont considérées comme des investissements.

De la simplicité naît la générosité. La générosité consiste à partager avec libéralité un revenu durement gagné. Partager ses propres ressources avec générosité et bienveillance redonne au concept de famille son sens le plus universel. Cette forme de simplicité va au-delà du don d’argent et de possessions matérielles. C’est donner ce qui est inestimable en soi ; la patience, l’amitié, et les encouragements. Ceux qui adoptent la simplicité donnent gratuitement leur temps aux autres dans un esprit naturel d’abnégation. Tout cela avec gentillesse, ouverture et authenticité, sans attentes ni conditions. De tels individus récoltent alors en abondance les fruits de leurs actions généreuses après en avoir semé les graines.

Beauté est sœur de Vérité

La simplicité est vérité. La beauté de la vérité est tellement simple qu’elle opère comme une alchimie. Même si les masques visant à la dissimuler sont nombreux, la lumière de la vérité ne peut rester cachée; elle se propagera dans un langage simple néanmoins porteur d’un message profond. Les messagers de la vérité ont toujours adopté une apparence modeste, une vie simple et un langage ordinaire pour transmettre leurs messages. Ils ont vécu en accord avec la vérité qu’il avaient à transmettre, embellissant ainsi la vie des autres. Par leur simplicité et leur splendeur, ils peuvent être comparés au joaillier qui, tout en restant simple et fidèle à l’intégrité de sa profession, rend chaque joyau précieux et sans défaut.

Aujourd’hui, les critères de la beauté répondent aux exigences de la mode et du maquillage, diffusées par les célébrités et adoptées par les foules. La beauté n’est pas tout, comme dit le proverbe. La beauté dans sa forme la plus simple ne s’embarrasse pas des faux-semblants qui gravitent autour d’un style de vie artificiel. Elle dépasse les notions de « riche » et de « pauvre » et consiste souvent à apprécier les petites choses de la vie, parfois invisibles pour le reste du monde.

La simplicité, c’est apprécier la beauté intérieure et reconnaître la valeur de tous les acteurs, même des plus pauvres et des plus mal lotis. C’est considérer que toutes les tâches, même les plus serviles, ont leur valeur et leur dignité.

Ethique de la simplicité

La simplicité est gage d’économie. Elle est la conscience qui invite chacun à repenser ses valeurs et à faire notamment la distinction entre le nécessaire et l’inutile. Les tentations psychologiques créent des besoins artificiels et les désirs générés par des appétits superflus conduisent à des conflits de valeurs, aggravés par l’avidité, la peur, la pression sociale et une perception erronée de sa propre identité. La satisfaction des besoins élémentaires permet un style de vie confortable tandis que les excès procèdent d’une indulgence excessive menant au gaspillage. Le développement de certaines économies fondées sur ce principe ne devrait pas se faire au prix du rejet d’autres pays dans la pauvreté. La fortune des uns ne devrait pas venir du sacrifice des autres, car alors il ne s’agit plus d’un schéma économique mais bien d’une injustice.

La simplicité est le précurseur d’un développement durable. Elle aide à combler l’écart entre les nantis et les nécessiteux en démontrant la logique des vraies lois économiques : gagner sa vie, épargner, investir et partager sacrifices et prospérité, afin qu’il y ait une meilleure qualité de vie pour tous, quel que soit leur lieu de naissance.


“Dans les pays en voie de développement, par exemple, les femmes sont la clé de la gestion de nombreux systèmes écologiques. Elles font pousser les aliments et les font cuire; elles ramassent le bois et le font brûler; elles gèrent l’approvisionnement en eau et l’utilisent. Si l’énergie, la terre et l’eau sont les clés de la survie, ces clés sont aux mains des femmes du monde.”
Dr Nafis Sadik,
Directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour les activités en matière de population.
Secrétaire général, Conférence internationale sur la population et le développement,
Juin, 1992

Source: http://www.livingvalues.net...

L'Argent et ses lois

Fourni par Traducti

Notre esprit est une machine qui peut produire la richesse aussi facilement que la pauvreté.
Une des lois de base de l’esprit est la « loi de l’accroissement »,
l’objet de notre concentration augmente toujours.
Si nous nous concentrons sur le plaisir que nous procure l’argent ,
notre revenu augmentera et notre plaisir aussi.
Si nous nous concentrons sur la misère que l’argent nous procure ,
notre misère augmentera.
Il est important d’accumuler de bonnes idées provenant des séminaires ,
des lectures, des conférences ou de notre propre lien avec l’intelligence Infinie ,
et de travailler avec ces idées par la technique des affirmations.
Une affirmation à conseiller est la suivante :

« Je mérite d’être prospère et riche ».

Nous devons avoir suffisamment d’estime personnelle pour croire que nous le méritons ;
alors , peu importe la quantité d’argent que nous aurons , nous saurons en profiter.
Beaucoup de gens riches sont malheureux parce qu’inconsciemment ,
ils sentent qu’ils ne méritent pas leur prospérité et leur richesse.
L’affirmation la plus efficace pour doubler notre revenu en est une d’estime personnelle :

« Je me plais beaucoup à moi–même en présence des autres. »

L’argent suit toujours nos instructions !
Si nous n’aimons pas notre rapport avec l’argent, changeons nos instructions.

Nouvelles instructions qui marcheront pour nous
si nous les inculquons à notre conscience comme des facteurs causals.

Pour créer une conscience de prospérité ,
il est important de connaître les lois de l’abondance :

La loi de Gain ( ou loi de production).
La loi de Dépense ( ou loi du don )
La loi d’Economie.
La loi d’investissement.

Si nous maîtrisons ces 4 lois, nous deviendrons inévitablement millionnaire.

LA LOI DU GAIN :

« Nous ne ferons jamais d’argent si nous ne travaillons seulement pour l’argent. »

Il est paradoxal de remarquer
que c’est seulement lorsque nous cessons d’être motivé par l’argent
que nous commençons à en faire beaucoup.
Il s’agit d’abord de trouver ce que nous aimons vraiment faire dans la vie ,
ce que nous avons toujours adoré faire ,
ce que nous voulons toujours faire dans nos temps libres ,
et de trouver le moyen de faire de l’argent en le faisant.

Lorsque nous aimons faire ce que nous faisons,
les gens aiment nous payer pour le faire.
Si nous n’aimons pas ce que nous faisons,
à quoi bon faire de l’argent de toute façon ?
Si notre but est de faire de l’argent
dans l’espoir d’économiser assez pour bien nous amuser plus tard,
nous remarquerons que cet avenir n’arrive jamais.

Faire une liste de vos plus grands plaisirs dans la vie,
et trouver une façon de faire de l’argent avec quelques uns d’entre eux.

Peu importe ce que vous choisirez,
vous pouvez être certain que quelqu’un a déjà fait
ou fait encore de l’argent avec cette activité.

L’argent n’est rien ,
c’est un morceau de papier avec des symboles et des chiffres imprimés dessus ;
et à l’origine, l’argent n’était rien de plus qu’une idée dans la tête de quelqu’un.

En fait , il est possible d’obtenir tout ce qu’on veut sans argent.
Un exemple parfait de ce constat est cette femme qui se fait appeler « Pèlerin de la Paix ».
Elle marche à travers les Etats Unis depuis plus de 20 ans ,
ayant fait le vœu de marcher jusqu’à ce que la paix règne dans le monde.
Elle n’a jamais mendié d’argent.
Elle a développé une conscience de la prospérité cette confiance ultime en l’univers ,
cette certitude qu’il pourvoira à tous nos besoins ,
et aujourd’hui elle peut aller dans n’importe quelle ville
et choisir parmi un grand nombre de villas luxueuses où on la recevra.
Non seulement on la conduit en limousine avec chauffeur ,
mais en plus elle doit constamment refuser de l’argent.
Parfois les gens lui donnent des biens matériels qu’elle doit refuser.
Vous voyez donc qu’il est possible de vendre tout ce qu’on a et de vivre sans argent.

Il est essentiel de réaliser que plus on crée de richesse ,
plus il y en a à partager.
Plus il y a de millionnaires ,
plus il est facile de le devenir.
Ne soyez donc pas fâchés contre les millionnaires.

Les affirmations pour la Loi du Gain sont :

1 . Je mérite la prospérité et la richesse.
2 . Mon travail est le pipeline à travers j’exploite la richesse infinie
de l’économie de mon pays pour mon usage personnel.
3 . Mon lien avec l’être Infini et l’Intelligence Infinie est assez adéquat
pour me procurer une énorme fortune personnelle..

AUTRES AFFIRMATIONS SUR L’ARGENT:

1 . J’ai maintenant une conscience du succès avec l’argent

2 . J’ai maintenant une conscience de surplus ;

3 . J’aime être économiquement auto – suffisant.

4 . Les gens aiment me payer pour que je fasse ce que j’aime.

5 . La vie pleine d’autant de bonté que je suis prêt à accepter.

6 . J’aime participer à la prospérité de la personne qui me donne de l’argent.

7 . Mon lien avec l’Intelligence Infinie est suffisant pour produire une énorme fortune personnelle.

8 . Plus je rends les autres prospères , plus les autres me rendent prospère.

9 . J’ai le droit de me donner la permission de devenir riche et de faire ce que je veux.

10 . Je n’ai pas besoin de croire aux idées erronnées de mes parents sur l’argent.

11 . Plus je deviens riche, plus je partage ma fortune.

12 . Chaque année , mon revenu augmente plus vite que mes dépenses.

13 . Il est plus facile d’être riche que de refuser le surplus universel.

14 . La vie me récompense par l’abondance.

15 . Je mérite d’être riche , prospère et opulent.

16 . J’aime exprimer mon abondance.

17 . J’ai maintenant une conscience continuelle de la prospérité.

18 . Si je ne fais pas attention, l’argent va me tomber entre les mains.

19 . Je n’ai pas à travailler pour obtenir de l’argent.

20 . L’argent essaie de venir à moi et si je n’y fais pas obstacle c’est ce qui arrivera.

21 . Les gens me récompensent par de l’argent simplement parce que je suis en vie.

Source: http://facemiroirame.forumsfree.org

Marchant au bord du lac…

Marchant au bord du lac, il disait aux pêcheurs : « Venez donc derrière moi. » Mais il faut le savoir, ce ne sera pas de tout repos. Car déjà Jean-Baptiste est jeté en prison pour avoir eu l’audace de faire de reproches au roi. Et les hommes de pouvoir vont prendre le relais. Scribes et pharisiens ont déjà pris la route pour épier ses gestes, éplucher ses paroles, noter qui il fréquente, pour dresser des dossiers et pour le dénoncer au grand prêtre, à Pilate, à l’Eglise, à l’empereur. Et vous qui êtes prêts à laisser votre barque pour marcher à sa suite, connaissez-vous le risque ?

« Venez donc derrière moi », dit-il aux pêcheurs. Mais que les pécheurs sachent où il veut les conduire. Non pas vers la ville sainte, ni non plus vers le temple, où ils pourraient prêcher en toute quiétude, où ils seraient entre gens de bonne compagnie. Mais bien en Galilée, au carrefour des païens, où toutes les idées circulent et s’entrechoquent, sur Dieu, sur la morale, la loi, les commandements, sur l’argent, le bonheur, où les riches commercent et où les pauvres paient. Et vous qui le suivez, savez-vous que c’est là qu’il vous faut annoncer une Bonne Nouvelle ?

Mais ils ont tout de même abandonné leur barque et leur sécurité et ils ont pris la route. Les voilà qui parcourent toute la Galilée, au carrefour des païens. Ils prêchent dans les églises, proclament la Bonne Nouvelle, vivent au milieu du peuple, relèvent les malades, accueillent les infirmes et éclairent tous ceux et celles qui ne voient plus clair. Mais aujourd’hui le chant du prophète Isaïe peut-on encore l’entendre ? Et le peuple qui marche dans l’ombre, les ténèbres, est-ce qu’il voit se lever une grande lumière ? Le bâton qui meurtrit et le fouet du chef sont-ils enfin brisés ?

AIME-MOI COMME TU ES



Moi ton Dieu, je connais ta misère, les combats et les tribulations de ton âme,
la faiblesse et les infirmités de ton corps ; je sais ta lâcheté, tes péchés,
tes défaillances ; je te dis quand même : « Donne-moi ton cœur, aime-moi comme tu es. »

Si tu attends d’être un ange pour te livrer à l’amour, tu ne m’aimeras jamais. Même si tu retombes souvent dans ces fautes que tu ne voudrais ne jamais connaître, même si tu es lâche dans la pratique de la vertu,
je ne te permets pas de ne pas m’aimer.

Aime-moi comme tu es. A chaque instant et dans quelque position que tu te trouves, dans la ferveur ou dans la sécheresse, dans la fidélité ou dans l’infidélité.

Aime-moi, tel que tu es. Je veux l’amour de ton cœur indigent.
Si pour m’aimer, tu attends d’être parfait, tu ne m’aimeras jamais.

Mon enfant, laisse-moi t’aimer, je veux ton cœur. Je compte bien te former,
mais en attendant, je t’aime comme tu es. Et je souhaite que tu fasses de même ;
je désire voir, du fond de ta misère, monter l’amour.
J’aime en toi jusqu’à ta faiblesse. J’aime l’amour des pauvres.
Je veux que, de l’indigence, s’élève continuellement ce cri : Seigneur, je vous aime. C’est le chant du ton cœur qui m’importe.
Qu’ai-je besoin de ta science et de tes talents ?
Ce ne sont pas des vertus que je te demande, et si je t’en donnais,
tu es si faible que bientôt l’amour-propre s’y mêlerait.

J’aurais pu te destiner à de grandes choses.
Non, tu seras le serviteur inutile ;
je te prendrai même le peu que tu as, car je t’ai créé pour l’amour. Aime !
L’amour te fera faire tout le reste sans que tu y penses,
ne cherche qu’à remplir le moment présent de ton amour.

Aujourd’hui, je me tiens à la porte de ton cœur comme un mendiant,
moi, le Seigneur des seigneurs. Je frappe et j’attends, hâte-toi de m’ouvrir,
n’allègue pas ta misère. Ton indigence, si tu la connaissais pleinement,
tu mourrais de douleur. Cela seul qui pourrait me blesser,
ce serait de te voir douter et manquer de confiance.

Je veux que tu penses à moi à chaque heure du jour et de la nuit,
je ne veux pas que tu poses l’action la plus insignifiante
pour un motif autre que l’amour.

Quand il te faudra souffrir, je te donnerai la force.
Tu m’as donné l’amour, je te donnerai d’aimer au-delà de ce que tu as pu rêver.
Mais souviens-toi : « Aime-moi, tel que tu es. »
N’attends pas d’être un saint pour te livrer à l’amour, sinon tu n’aimeras jamais.

Source: auteur inconnu

À ceux que j'aime et ceux qui m'aiment


Quand je ne serai plus là, relâchez-moi.

Laissez moi partir, j’ai tellement de choses à faire et à voir.

Ne pleurez pas en pensant à moi, soyez reconnaissants pour les belles années, je vous ai donné mon amitié, vous pouvez seulement deviner le bonheur que vous m’avez apporté.

Je vous remercie de l’Amour que chacun m’a démontré, maintenant il est temps de voyager seul.

Pour un court moment, vous pouvez avoir de la peine.

La Foi vous apportera réconfort et consolation.

Nous serons séparés pour quelques temps.

Laissez les souvenirs apaiser votre douleur, je ne suis pas loin et la Vie continue…

Si vous en avez de besoin, appelez-moi et je viendrai.

Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, je serai là.

Et si vous écoutez votre coeur, vous éprouverez clairement la douceur de l’amour que j’apporterai.

Et quand il sera temps pour vous de partir, je serai là pour vous accueillir.

Absent de mon corps, présent avec Dieu.

N’allez pas sur ma tombe pour pleurer, je ne suis pas là, je ne dors pas.

Je suis les mille vents qui souffle.

Je suis la lumière qui traverse les champs de blé.

Je suis la douce pluie d’automne.

Je suis l’éveil des oiseaux dans le calme du matin.

Je suis celui qui brille dans la nuit.

N’allez pas sur ma tombe pour pleurer je ne suis pas là, je ne suis pas mort

Matcaci

*Texte écrit par Charlotte Néwashish-Flamand lors du décès de son oncle survenu subitement.
Matcaci veut dire Au Revoir
Fait étonnant, pas longtemps après, Charlotte nous quittait suite à une longue et pénible maladie….

Source: texte écrit par Charlotte Néwashish-Flamand

Je ne le connaissais pas!

Par deux fois en quelques lignes, Jean le Baptiste avoue: « Je ne le connaissais pas ». Deux fois! Cela doit bien vouloir dire quelque chose d’important. Deux aveux d’ignorance accompagnés de deux cris de connaissance. Je ne le connaissais pas, mais le voici l’Agneau de Dieu. Je ne le connaissais pas! Mais c’est le Fils de Dieu.

Lumière pénétrante jusqu’à mon être le plus profond quand j’ai l’honnêteté de dire: « Je ne le connaissais pas ». Jésus inconnu. Donc à connaître et à découvrir, encore. C’en est fini de l’autre, et de Jésus plus encore, quand de Lui je n’ai plus rien à connaître. Plus rien à apprendre ou à réapprendre, c’en est fini, et bel et bien fini. Arrêt sur le chemin de lumière.

Le « je ne le connaissais pas » conduit plus loin sur le sentier de l’Inconnaissable. L’imparfait est sur la voie du parfait.

«  Je ne le connaissais pas! » Musique intérieure qui fredonne sur le raidillon du matin quand de la crête le soleil verse ses rayons sur la pente que je gravis. Temps de pause, les deux pieds immobiles mais le regard plus haut vers la cime. Respirer pour le chemin parcouru. Respirer avant de reprendre la route vers l’Inconnaissable. Inconnaissable? Jusqu’au Jour de Pleine Lumière!     Hyacinthe VULLIEZ

Avoir le temps

Avez-vous tendance à repousser vos désirs en cultivant la croyance ci-dessous?

« Je n’ai pas assez de temps pour faire cela « 

Nous vivons tous selon les mêmes règles physiques.
Cependant, le même ensemble de règles semble différent à chacun de nous.
Combien de fois avez-vous dit à quelqu’un (ou à vous-même) que vous n’aviez pas le temps de faire quelque chose ?
Nous n’avons que 24 heures dans une journée.

= Vous seul décidez que faire pendant ces heures.

Il semble être plus commode de dire « Je n’ai pas le temps »
plutôt que « Je ne veux pas utiliser mon temps à ça ».

Sentez-vous la différence ?

Dans la première expression, vous n’êtes pas propriétaire de votre temps … quelqu’un d’autre l’est.
Vous endossez le rôle d’un esclave du temps.
Si vous êtes honnête avec vous-même, cela n’est pas du tout puissant, n’est ce pas?

Dans la deuxième expression, nous prenons la pleine responsabilité de notre temps.
Sachez que cela peut en déranger certains
car vous leur dites en quelque sorte que ce qu’ils espèrent de vous
n’est pas nécessairement aussi important pour vous.
En réalité, vous êtes juste honnête avec vous-même et ceci,
en fin de compte, vous offrira un sentiment d’humilité.

Sachez que dès que vous commencez à faire ceci, vous attirez des personnes plus honnêtes dans votre vie;
vous vous sentez plus à l’aise pour exprimer cet « être » que vous êtes
et les gens commencent à apprécier votre honnêteté:
vous en récoltez bien vite les fruits.


Vos rêves se réalisent si vous libérez le temps nécessaire à leur manifestation.

= Avez-vous déjà utilisé une feuille de « Définition d’Intention »?

– Faites la liste de tout ce que vous voulez réaliser dans votre vie au cours des prochaines années

– Faites la liste de vos désirs les plus intimes

– Faites la liste des rêves de votre vie

Ce faisant, vous définissez votre plan « aimant » : c’est le commencement de la réalisation de tous vos rêves.

La plupart des gens échouent dans leurs intentions d’affaires
et dans leurs intentions de vie parce qu’ils ne créent jamais le plan aimanté qui agence la manifestation.
Ils sont trop occupés à placer leur attention précieuse sur leurs soucis quotidiens.
Assurez-vous de ne pas en faire partie !

= Définissez dès maintenant votre plan « aimant »

Source: Marcelle della Faille, coach