Deuxième dimanche de Carême année B : 28 février 2021


1 ier temps :  j’ invoque l’Esprit-Saint  

 Avec cette prière…

«  Notre Dieu, Père de la lumière, tu as envoyé dans le monde ton Fils ,ta parole faite chair, pour te manifester à nous, les hommes. Envoie maintenant ton Saint -Esprit -sur moi, afin que je puisse entendre ta Parole dans ce passage de l’Ecriture et rencontrer Jésus Christ dans cette Parole qui vient de toi. Accorde-moi de le  connaître plus  intensément ;  et qu’en le connaissant mieux, je l’aime davantage, parvenant ainsi à sa suite, à la béatitude de ton Royaume, béni pour les siècles des siècles .Amen. »  ( Monastère de Bose en Italie)

Ou avec des mots personnels…

Je prends un moment de silence.

2 ième temps : » lectio »

–  je lis le texte en silence

Celui de l’Evangile de ce 2 ième  dimanche de carême est tiré de l’Evangile de Marc  au chapitre 9 versets 2 à 10

« En ce temps-là  ,Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmena eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements  devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille .Elie leur apparut avec Moïse, et tous deux s’entretenaient avec Jésus .Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : » Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse,  et une pour Elie. »De fait Pierre ne savait que dire tant leur frayeur était grande . Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée  une voix se fit entendre : «  Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! »Soudain, regardant tout  autour , ils ne virent plus que Jésus seul avec eux.

Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts .Et ils restèrent fermement attachés à cette parole, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : «  ressusciter  d’entre les morts ». 

Quelques repères pour mieux comprendre :

– Le verset 2 de ce chapitre 9 commence ainsi dans la Bible  «  6 jours après « ces 6 jours sont pour les juifs, un langage théologique  c’est le temps requis pour se purifier, avant d’approcher de Dieu. : » après 6 jours Dieu appela Moïse du milieu de la nuée sur la montagne du Sinaï (exode 24, 16) » remarquons les expressions : 6 jours, Moïse, la nuée , la montagne, le récit de Marc est tissé de fils bibliques.

– Ce passage est relié à la confession de Pierre à Césarée de Philippe : «  tu es le Messie.  »et en même temps à la 1ière annonce de la Passion qui suscite une vive protestation de Pierre ( Mc 8, 27-33)

«  eux seuls sur une haute montagne » : ce sont les conditions traditionnelles dans la Bible pour rencontrer Dieu, nous sommes des êtres corporels et nous ne pouvons pas éviter certains  symboles, cette image de la montagne est parlante «  on monte vers Dieu ».

– « …il fut transfiguré »en Orient orthodoxe,la transfiguration est la grande « fête » l’homme traversé par Dieu. Toute notre vie chrétienne n’est au fond qu’une participation, une transfiguration  dans le Christ.

vêtements …d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille…nous sommes de nouveau au niveau du langage symbolique :la blancheur est la couleur du monde céleste…c’est la couleur de l’ange de la résurrection ( Matthieu 28,3), de l’Ascension ( Actes1, 10), c’est la couleur des vainqueurs ( Apocalypse 3/4 .20/11-2/17-6/11-7/13.15)…

Moïse et Elie : ils symbolisent l’attente d’Israël inscrite dans la «  loi » et les «  prophètes », ce sont les 2 grands personnages  à qui Dieu s’est révélé sur » la montagne ».La tradition juive attendait  leur retour à la fin des Temps (Malachie 3/22.24).Avec Jésus ,la fin des Temps est commencée. Moïse et Elie sont souvent mentionnés comme autorités spirituelles mais c’est la seule fois où ils apparaissent en dialogue avec Jésus.

la fête des Tentes : «  dressons 3 tentes » s’exclame Pierre , ne sachant trop que dire. Cette phrase renvoie au rite caractéristique de la fête des Tentes. Au point de départ, c’était la fête agraire des récoltes en septembre ( Ex 2 », 16).Selon la tendance propre à la liturgie juive, la fête prit un sens historique comme commémoration  du temps où Israël campait dans le désert. De plus se greffa un sens eschatologique, avec l’attente de la manifestation  glorieuse de Dieu pour  établir son Règne sur la terre.

la nuée : la « nuée «  en langage symbolique, c’est la présence de Dieu ( Exode 16/10-19/9-24/15—Nombres 14/10).Dans les récits de l’Exode, la nuée lumineuse la nuit, obscure le jour, tient un grande place. Elle guidait les fils d’Israël dans leurs étapes. De plus, elle descendait sur la Tente de réunion pour donner à Moïse  les instructions destinées au peuple ( Ex 33,7-9). Ainsi s’éclaire la demande de Pierre : il croit que « le grand Jour est arrivé, celui de l’inauguration du règne de Dieu.

la voix divine : c’est la reprise de la déclaration du Baptême «  celui-ci est mon Fils bien aimé » avec une addition significative «  écoutez-le ». Au désir de la vision, le texte ajoute l’écoute, condition d’une  foi authentique. Au Baptême , la voix ne s’adressait qu’à Jésus, ici elle s’adresse aux disciples.

le silence : comme souvent dans l’évangile  de Marc ( 1,44 ; 7, 36 ; 8, 26) Jésus prescrit le silence, vu l’incompréhension des disciples qui se demandent ce que signifie la résurrection des morts. C’est seulement après la passion et Pâques que l’on pourra comprendre et témoigner.

Ces quelques clés de compréhension sont inspirées et tirées de la revue liturgique «  Feu Nouveau » commentaire biblique d’Edouard Cothenet , du livre de Noël Quesson «  parole de Dieu pour chaque dimanche. Il est intéressant aussi de consulter sur internet le commentaire  de la bibliste Marie-Noëlle Thabut…d’inspirer notre prière de l’homélie de la messe du jour à la TV  ou  sur you tube…

-Je relis à nouveau le texte en silence-je repère les mots , le lieu, les personnages, la scène, je relève ce qui me paraît important dans ce récit. Que dit le texte, s’en tenir à ce que je lis dans le texte. C’est ici une étape importante pour  permettre au texte biblique de vraiment me parler.

3 ième temps : «  meditatio »

Je relis  de nouveau lentement le texte, j’identifie un message qui me touche, qui me rejoint. Que me dit le Seigneur par cette Parole ? Je note ce message  percu. Je ne me précipite pas, je me fixe sur  Dieu, en  m’attachant d’abord à  contempler la grandeur ,  la beauté du message révélé.

4 ième temps : «  oratio »

L’oraison ou la prière consiste à entrer en relation avec le Seigneur à partie de ce que je retiens de la Parole. Je laisse mon cœur parler librement au Seigneur avec tout ce que je suis et vis aujourd’hui.

5 ième temps : » contemplatio »

La contemplation consiste à goûter les lumières perçues dans  la Parole. Il ne faut pas avoir peur de consacrer du temps à cette étape. Donner du temps au temps …pour permettre une adhésion du cœur et le laisser s’ajuster à la disposition intérieure du Christ. J’accueille  et goûte les fruits  que  l’Esprit  suscite en moi : joie, paix, patience…

6ième temps : «  actio »

L’action me permet d’accueillir la Parole qui engage ma vie. Qu’est-ce qui me met en action dans la Parole de Dieu priée ?Je note ce qui me met en mouvement…qui m’engage.

7 ième temps: la prière : le psaume et le Notre Père

-Prière du peuple juif, de Jésus, de l’Eglise, le psaume est composé de mots humains, je prie avec le psaume  115 proposé par la liturgie de ce dimanche.

Je marcherai en ta présence  Seigneur sur la terre des vivants

Je crois et je parlerai, moi qui ai beaucoup souffert .Il en coûte au Seigneur de voir mourir les siens !

Ne suis-je pas , Seigneur, ton serviteur, moi, dont tu brisas les chaînes ?Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce, j’invoquerai le nom du Seigneur.

Je tiendrai mes promesses au Seigneur, oui, devant tout son peuple, à l’entrée de la maison du Seigneur, au milieu de Jérusalem.

Je termine par le Notre Père en communion avec toute l’Eglise.

Que cette lecture  « priante »  de la Parole fortifie notre vie intérieure et nous conduise  à un «  surcroît «  de vie. Bonne deuxième semaine de Carême dans la joie et l’espérance !

%d blogueurs aiment cette page :