La célébration du baptême


Le rite d’entrée dans l’Église

« C’est par le baptême qu’on franchit le seuil et qu’on entre dans l’Église ». Le célébrant salue cordialement le futur baptisé, et les parents lorsqu’il s’agit d’un petit enfant. Il exprime la joie de l’Eglise.

Ensuite s’instaure un dialogue entre le célébrant et le futur baptisé ou les parents :

« Quel est votre nom ? » ou « Quel nom avez-vous choisi pour votre enfant ? » Le nom de celui qui demande à entrer dans l’Église doit résonner : il est unique et connu de Dieu. Ce n’est pas une simple question administrative.

« Que demandez-vous à l’Église de Dieu ? » : « La foi »

« Que vous apporte la foi ? » : « La vie éternelle »

Le célébrant souligne alors l’importance de la démarche engagée : connaître et aimer Jésus, aimer le prochain comme le Christ l’a enseigné, et avoir une vie en accord avec sa foi.

Le célébrant insiste sur l’importance des parrains et marraines qui devront aider à découvrir le Christ et à le suivre.

La signation

Le célébrant trace un signe de croix sur le front du futur baptisé : depuis les origines de l’Église, celui qui veut devenir chrétien est marqué de la croix du Christ.

Liturgie de la parole

« Le Christ parle dans les Écritures »

La liturgie de la Parole de Dieu est un temps d’écoute et de dialogue. Elle comportera la lecture d’un ou de plusieurs textes bibliques, de l’Ancien et du Nouveau Testament. L’homélie du célébrant permettra aux chrétiens présents d’actualiser cette Parole dans leur vie.

Délivrance du mal et bénédiction

Les prières demandent à Dieu de donner au futur baptisé la force pour lutter contre le mal et de grandir dans la foi.

S’il s’agit d’un enfant, le célébrant s’adressera aux parents, au parrain et à la marraine qui devront entourer l’enfant. « Si donc vous êtes conduits par la foi et si vous prenez la responsabilité de les aider, je vous invite aujourd’hui, en vous rappelant votre baptême, à renoncer au péché et à proclamer la foi en Jésus Christ, la foi de l’Eglise, dans laquelle tout enfant est baptisé ».

Puis le célébrant bénit le futur baptisé pour qu’il reçoive de bonnes choses de Dieu, et de l’Eglise, « Courage, joie et paix dans leur effort et leur itinéraire »

Au baptistère

Le célébrant invite le parrain et la marraine, ainsi que les parents pour les petits enfants, à se rappeler de leur baptême, à renoncer au péché et à proclamer la foi de l’Eglise.

Le baptême

Le futur baptisé, les parents s’il s’agit d’un petit enfant, parrains, marraines s’approchent de l’eau baptismale. Puis le célébrant immerge ou verse de l’eau sur la tête du baptisé par trois fois, « je te baptise au nom du Père, du Fils, du Saint Esprit. »

Onction de l’huile (lorsque le baptisé est un petit enfant)

Le célébrant pratique une onction sur le front du baptisé avec le saint chrême (huile parfumée bénite). Cette onctionsignifie le don de l’Esprit Saint et la force du Christ qui « agira dans sa faiblesse pour lutter contre le mal ». Elle annonce la confirmation.

Le vêtement blanc

La marraine ou le parrain revêt le baptisé du vêtement blanc apporté pour signifier qu’il est une création nouvelle dans le Christ.

La lumière

Le célébrant confie la lumière aux parents, ou au parrain et à la marraine et leur rappelle qu’ils devront veiller à l’entretenir. Le baptisé, illuminé par le Christ avancera dans la vie en enfant de lumière.

A l’autel, lorsque le baptisé est un petit enfant :

La prière au Seigneur et bénédiction finale

Après que l’assemblée ait proclamé le Notre Père, le célébrant bénit, la mère qui porte le nouveau baptisé, le père et tous les fidèles présents.

Souvent la célébration se termine par une prière à Marie.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :