8 mars 2020 Deuxième dimanche du carême

Il est heureux que nous soyons là !

  • J’aime bien Pierre : toujours d’une belle spontanéité ! Il ne cache pas sa joie d’être là, lors de la transfiguration de Jésus.
  • Mets-toi à sa place : il avait tout quitté pour suivre Jésus
  • Même sa femme…
  • Même sa femme, oui : elle ne devait pas le voir souvent ! Et voilà que Jésus venait d’annoncer sa passion prochaine. Il y avait de quoi être découragé !
  • Jésus avait annoncé sa résurrection, il me semble.
  • Oui, mais cela restait quelque chose de pas facile à saisir. D’ailleurs Pierre s’était fait rabrouer par Jésus de façon plutôt radicale : « Derrière-moi, Satan ! »
  • Alors, on comprend qu’il n’avait rien demandé ! Il avait continué avec les autres à suivre Jésus, malgré tout, montant derrière lui sur la montagne.
  • Et voilà que dieu vient les conforter dans leur choix.
  • Oui, ils ont eu cette chance ; et Pierre n’a pas boudé sa joie.
  • Ne boudons pas la nôtre non plus quand nous avons la chance de vivre des moments privilégiés, des temps de recueillement dans un monastère par exemple ou de belles célébrations liturgiques.
  • Et sachons redescendre heureux et réconfortés de la montagne.