Mardi 2 avril 2019

« Le fils ainé »

  • C’est quand même un peu facile ! On part faire la fête, on claque tout son fric, mais tout va bien, « mangeons et festoyons »… Moi, je comprends le fils aîné !
  • Assurément, c’est le contraire de « la cigale et la fourmi » ! Tu aurais voulu que le père lui dire : « Tu as voulu t’amuser, eh bien, tu es puni maintenant ! »
  • Ne te moque pas ! N’empêche, le fils aîné n’a rien gagné dans cette histoire.
  • Pour moi, le fils aîné n’a pas su profiter de tout ce qu’il avait, il n’a pas su s’en réjouir. Et pourquoi n’est-il pas content, lui aussi, du retour de son frère ? Quand un frère s’éloigne de la famille, les frères et sœurs en souffrent, je pense ?
  • Peut-être bien…
  • Il faut comprendre en fait que Dieu est au-delà de nos raisonnements d’hommes. C’est notre mesquinerie, notre jalousie qui nous font trouver injuste sa conduite.
  • Dans un sens d’ailleurs, heureusement que Dieu ne nous aime pas selon nos mérites…
  • Et réjouissons-nous de savoir que Dieu nous aime !