Lundi 8 avril 2019

Jésus ne condamne ni le censeur ni le pécheur. Il crée un espace entre les deux. Cet espace est ouvert à tous, il n’a pas de frontière et ce n’est pas une voie sans issue. Par ces traits, Jésus symbolise un espace de rencontre qui doit permettre à chacun de comprendre l’autre. Le “juge” peut aider le “coupable” à faire amende honorable plutôt que de le condamner à la mort ou un emprisonnement. Un juge a créé la surprise récemment. Il ne pouvait faire autrement que condamner à contre-cœur une personne à payer une somme modique. Mais ayant pitié de cette personne dont il savait qu’elle n’avait pas agi par malice mais uniquement pour permettre à ses enfants de survivre. À la fin du procès, il se leva, ouvrit son portefeuille et paya lui-même l’amende.

 

Alors, aujourd’hui, allons-nous jeter une pierre ou tendre une main ? Avons-nous un cœur de pierre ou un cœur plein de tendresse ? Cette nuit, saurons-nous encore rêver ou sombrerons-nous dans le cauchemar de nos rejets ?